Statines et SDRA : pas d’amélioration du pronostic

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) est défini comme une insuffisance respiratoire causée par l'apparition aiguë d'une hypoxémie et d'une infiltration pulmonaire bilatérale. L'incidence du SDRA chez les patients admis en service de réanimation serait de 10,4 % et la mortalité varie de 11 % à… 87 %.

Les statines sont les médicaments les plus couramment prescrits dans le monde dans le traitement de la dyslipidémie et elles réduisent le risque d'événements cardiovasculaires aigus en abaissant la cholestérolémie. Elles ont également des effets anti-inflammatoires, anti-thrombotiques et immuno-modulateurs, appelés "effets pléiotropes", qui peuvent améliorer le pronostic de diverses affections. Des études ont rapporté qu’un traitement antérieur par les statines est associé à de meilleurs taux de survie lors des septicémies et chez les patients des unités de soins intensifs et de réanimation. Toutefois, les connaissances sur l'impact du traitement antérieur par les statines sur la mortalité des patients atteints de SDRA sont limitées et controversées. Deux études de cohorte ont rapporté que le traitement antérieur par des statines était associé à de meilleurs taux de survie chez les patients en SDRA, mais il s’agissait de petits effectifs étudiés dans un seul centre, rendant difficile la confirmation et la généralisation de ces résultats.  

Une étude à grands effectifs

Cette étude de cohorte basée sur les données du service national d'assurance maladie de Corée du Sud, a inclus tous les patients adultes admis dans un hôpital pour traitement d’un SDRA entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2017. L’objectif principal était la comparaison des taux de mortalité à 30 jours chez les patients avec ou sans statines, lors de l’admission.

Au total, 14 600 patients ont été inclus : 4 319 étaient des utilisateurs de statines et 10 281 ne l’étaient pas. Après appariement des scores de propension, 6 046 patients atteints de SDRA (3 023 patients dans chaque groupe) ont été inclus dans l'analyse.

Absence d’effet protecteur des statines : bien dommage !

La mortalité à 30 jours des utilisateurs de statines a été de 44,4 % (1 331 sur 3 023), et celle des non-utilisateurs de 45,2 % (1 331 sur 3 023). Selon l'analyse de régression de Cox dans la cohorte appariée par le score de propension, la mortalité à 30 jours n'a pas été associée de manière significative à l'utilisation ou non de statines (rapport des risques : 0,95 ; IC à 95 % : 0,88 à 1,02 ; p = 0,165). Selon l'estimation de Kaplan-Meier, la durée médiane de survie chez les utilisateurs de statines a été de 45 jours (IC 95 % : 39 à 50), et celle des non-utilisateurs de 42 jours (IC 95 % : 37 à 47) après l'appariement des scores de propension.

En conclusion, cette étude a montré qu'un traitement antérieur aux statines n'est pas associé de manière significative à la mortalité à 30 jours chez les patients en SDRA.

Une analyse secondaire a suggéré que la rosuvastatine et les statines à forte dose quotidienne pourraient avoir un certain effet protecteur, bien que cette étude n'ait pas été conçue pour évaluer ces expositions spécifiques.

Des limitations importantes

Nous pouvons pointer plusieurs limitations à cette étude. Certains paramètres (IMC, rapport P/F, scores SAPS-II et APACHE II) n'ont pas été inclus. La relation entre le traitement antérieur par des statines et le développement du SDRA n’a pas été prise en compte car n’ont été inclus que les patients chez qui le SDRA avait été principalement diagnostiqué. Étant donné qu'une étude précédente suggérait qu'un traitement antérieur par des statines était associé à un risque plus faible de développer un SDRA, cela peut constituer une importante limitation de cette étude.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Oh TK, Song IA. Prior statin therapy and 30-day mortality in South Korean patients with acute respiratory distress syndrome. Acta Anaesthesiol Scand. 2021 Feb;65(2):236-243. doi: 10.1111/aas.13715. Epub 2020 Oct 8. PMID: 32979217.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article