Suivre l’implantation du dossier pharmaceutique département par département

Paris, le mercredi 21 janvier 2009 – La mise en place du dossier pharmaceutique (DP) qui permet aux pharmaciens, pour les patients qui le souhaitent, de suivre leur consommation de médicaments, représente un motif de satisfaction pour l’Ordre des pharmaciens. Avec la généralisation du dispositif à l’ensemble du territoire, en vertu du feu vert de la Commission nationale informatique et liberté, l’institution a choisi de mettre en place sur son site internet, une carte interactive où il est possible de connaître pour chaque département le taux d’implantation du DP. On y découvre ainsi que la Nièvre fait figure de championne avec un pourcentage d’officines connectées supérieur à 60 % (le département comptant 95 officines). Les habitants de la Nièvre sont aujourd’hui 13,5 % à être dotés d’un dossier pharmaceutique, tandis que l’on a observé au cours des deux derniers mois une augmentation de 14 % du nombre de dossiers créés. A l’inverse, le département de la Seine Saint Denis apparaît comme une lanterne rouge en la matière : 8,3 % des officines sont pour l’heure connectées au système central et seuls 0,8 % des patients ont ouvert un dossier pharmaceutique. Cependant, la progression du nombre de dossiers ouverts au cours des deux derniers mois est très forte, puisqu’elle atteint 47 %. De façon générale l’Ile-de-France n’a pas encore observé une forte participation au dispositif : à Paris et dans le Val de Marne, le pourcentage d’officines connectées ne dépasse pas 11 % et le nombre de patients dotés d’un dossier 1 %. Les Hauts de Seine rattrapent quelque peu la tendance générale, avec 18,7 % d’officines connectées et 1,7 % de patients pour lesquels un dossier a été ouvert.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.