Surfeurs sauveteurs, la nouvelle vague

Les noyades involontaires coûteraient la vie à 295 000 personnes par an dans le monde. Les zones côtières contribuent évidemment de manière significative aux noyades et, les surfeurs effectuent fréquemment des sauvetages. La compréhension de la dynamique de l'environnement océanique est essentielle à la pratique du surf. Les surfeurs utilisent les courants de retour pour se frayer un chemin à travers les grosses vagues et sortir de l'eau en empruntant les brise-lames. Les courants d'arrachement constituent un danger majeur qui concerne 75 % de toutes les personnes secourues par des surfeurs en Australie et entraîne panique et épuisement dans 85 % des cas. Comme les surfeurs se trouvent souvent dans les courants de retour ou à proximité, ils sont bien placés pour identifier rapidement les nageurs en difficulté qui ont besoin d'être secourus, ce qui permet de prévenir les noyades.

Cette étude a exploré les caractéristiques des surfeurs en tant que sauveteurs en Europe. Une enquête transversale en ligne a permis de recueillir des données démographiques (âge, sexe, localisation géographique), l'expérience du surf, les compétences, la formation au sauvetage et à la réanimation cardio-pulmonaire (RCP), les comportements quant à la recherche d'informations et la réalisation antérieure d'un sauvetage. Les données ont fait l’objet d’une régression logistique binomiale avec rapport de cotes ajusté (AOR) (intervalle de confiance [IC] de 95 %) et un chi carré (p < 0,05).

Où 39 % des surfeurs en Europe (63 % en Australie) ont sauvé un nageur de la noyade

Au total 1 705 surfeurs ont répondu à cette enquête, qui résidaient en Europe (76 % d'hommes ; 43 % de 25-34 ans). Trente-neuf pour cent (39,2 % ; n = 668) avaient déjà effectué un sauvetage, soit bien moins qu’en Australie où 63 % étaient déjà intervenus. La probabilité d'avoir effectué un sauvetage augmentait significativement au-delà de 6 ans ou plus d'expérience du surf (6-10 ans [AOR = 1,96 ; IC 95 % : 1,20 - 3,22] ; 11-15 ans [AOR = 3,26 ; IC 95 % : 1,56 - 6,79] ; 16 ans ou plus [AOR = 4,27 ; IC 95 % : 2,00 - 9,11]) par rapport aux surfeurs ayant moins d'un an d'expérience du surf.

Les surfeurs experts/professionnels étaient 10,89 fois (IC 95 % : 4,72 - 25,15) plus susceptibles d'avoir effectué un sauvetage que les novices/débutants. Les répondants qui avaient suivi à la fois un cours de sauveteur certifié et de RCP étaient significativement plus susceptibles d'avoir effectué un sauvetage (AOR = 3,34 ; IC 95 % : 2,43 -4,60).

Les surfeurs jouent donc une rôle capital dans le sauvetage au cours des noyades. Cependant, tous les surfeurs ayant effectué des sauvetages n'avaient pas reçu de formation spécifique. Il est donc recommandé que les surfeurs puissent recevoir une telle formation et à la réanimation cardio-pulmonaire avant de commencer à surfer dans des endroits où il n'y a pas de supervision qualifiée et qu'ils puissent rafraîchir leur formation régulièrement.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Ingvar Berg et coll. : Characteristics of surfers as bystander rescuers in Europe. Am J Emerg Med., 2021, 49: 209-215, ISSN 0735-6757. doi.org/10.1016/j.ajem.2021.06.018.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article