Symptômes de RGO sous IPP : arrêtez le traitement avant la pH-métrie des 24 heures

La pH-métrie œsophagienne des 24 heures est souvent proposée aux patients présentant des symptômes en rapport avec l’acidité et résistants à un traitement par inhibiteurs de la pompe à proton (IPP), de façon à évaluer la relation entre les symptômes et d'éventuels épisodes de reflux. Cependant la question se pose souvent de savoir s’il est plus intéressant de réaliser cette pH-métrie sous traitement par IPP où bien s’il est préférable d’interrompre celui-ci au préalable.

Cette étude a inclus 30 patients ayant des symptômes de RGO, brûlure épigastrique, douleurs retrosternales et/ou régurgitations, malgré un traitement par IPP pris 2 fois par jour.

Deux pH-métries des 24 heures ont été réalisées, l’une sous traitement par IPP et l’autre après avoir cessé ce traitement pendant 7 jours, l’ordre des séquences étant randomisé.

Les épisodes de reflux identifiés ont été classés en : acide, majoritairement acide, majoritairement alcalin et alcalin. Enfin la probabilité d’association des symptômes (PAS) au reflux a été calculée pour chaque mesure.

Le nombre total d’épisodes de reflux et l’extension proximale n’étaient pas affectés par le traitement par IPP. Sous traitement par IPP il a été retrouvé moins d’épisodes de reflux acide (49 ± 34 sans IPP vs 20 ± 25 avec IPP) alors qu’il y avait davantage d'épisodes majoritairement acides (24 ± 17 sans IPP vs 48 ± 31 avec IPP).

L’évaluation des symptômes a identifié 15 et 11 patients ayant une PAS positive lors de la mesure sans et avec IPP respectivement, le rendement de ce calcul de probabilité n’étant pas différent entre les deux situations.

Parmi les 19 patients qui n’avaient pas de symptômes ou une PAS négative lors de la pH-métrie, 8 avaient une PAS positive sans traitement.
A l’inverse seul 4 patients ayant une PAS positive sous traitement n’étaient pas correctement caractérisés lorsque l’enregistrement était fait sans IPP.

Cette étude suggère que la meilleure façon d’affirmer ou d’exclure des symptômes de RGO chez des patients résistants au traitement par IPP est probablement de faire réaliser une pH-métrie de 24 h après avoir cessé le traitement par IPP pendant 7 jours.

En effet cette approche semble être la plus à même de faire la relation entre les symptômes et les épisodes de reflux.

Pr Marc Bardou

Référence
Hemmink G et coll. : Esophageal pH-Impedance Monitoring in Patients With Therapy-Resistant Reflux Symptoms: ‘On’ or ‘Off’ Proton Pump Inhibitor? Am J Gastroenterol 2008;103: 2446–2453

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article