Synapse Medicine active ses méninges pour améliorer l’usage des médicaments

Paris, le samedi 30 mars 2019 – Sans doute est-il aujourd’hui plus facile d’exercer la médecine qu’au temps de nos grands-parents. Le développement de nombreux outils performants a en effet considérablement facilité la démarche diagnostique, ainsi que le choix de la prise en charge. Cependant, la rançon de ces progrès est une accumulation de données et d’informations face auxquelles le praticien peut parfois se sentir démuni. Or, la tendance ne devrait que s’accroître dans les années à venir. Médecin et bio-informaticien, Clément Goehrs, co-fondateur de la start-up Synapse Medicine précisait en effet dans une récente interview accordée à La Tribune : « En 1980, la connaissance médicale doublait tous les sept ans. En 2010, tous les trois ans et demi. En 2020, on estime qu'elle doublera tous les 72 jours ».

Une très importante base de données

Cette multiplication des informations (dont la qualité est loin d’être toujours égale) concerne notamment les médicaments, qui sont en outre toujours plus nombreux. Parallèlement, le vieillissement de la population associée à un développement des maladies chroniques et des polypathologies ainsi qu’une certaine tendance à la surconsommation médicale favorisent les ordonnances complexes. Dès lors, la prescription du médicament adaptée à la situation du patient, répondant à une parfaite posologie et dont les risques d’effets secondaires sont limités est, dans bien des cas, une gageure. Pour guider les médecins et les pharmaciens dans ces décisions capitales, Synapse Medicine propose un outil intelligent et dont l’objectif est de constamment s’adapter non seulement aux données les plus récentes de la littérature scientifique et des agences de régulation, mais aussi aux pratiques personnelles de chaque professionnel de santé. La startup a été fondée il y a dix-huit mois par Clément Goehrs, le docteur Louis Létinier médecin pharmacologue et Bruno Thia-Layel ingénieur de recherche.

Analyse d’ordonnance et aide à la prescription

Depuis quelques jours, la plateforme est accessible aux médecins et pharmaciens moyennant 29,90 euros par mois. Pour ce tarif, Synapse Medicine propose différents types de service. Le médecin ou le pharmacien peut ainsi poser une question « en langage naturel » précise Clément Goehrs concernant une prescription. Deux réponses lui sont proposées : l’une synthétique, la seconde plus détaillée. Dans les deux cas, les sources sont spécifiquement précisées. Parallèlement, la plateforme offre la possibilité d’analyser des ordonnances, à partir d’une simple photo (ce qui suppose cependant que l’ordonnance ne soit pas manuscrite reconnaît Clément Goehrs). « Le système reconnaît les noms des médicaments et analyse l'ordonnance, détectant automatiquement les interactions entre les molécules, les contre-indications, les effets secondaires... et liste les liens vers les publications scientifiques correspondantes. L'étape suivante sera de proposer automatiquement des alternatives pour améliorer le traitement ou réduire les risques. Mais dans tous les cas, ce sera toujours au médecin de prendre la décision » explique le docteur Goehrs. D’autres développements sont également prévus, grâce notamment à un système de machine learning, qui doit permettre de personnaliser le logiciel, afin qu’il s’adapte aux pratiques de chaque utilisateur.

Concurrencer les GAFA

Synapse Medicine qui vient de bénéficier d’une levée de fonds de 2,5 millions d’euros et qui ne cache pas son ambition de pouvoir proposer une alternative à la mainmise des GAFA (Google Amazone Facebook Apple) sur les systèmes informatiques dédiées à la santé, repose « sur plusieurs briques technologiques d'intelligence artificielle, entre autres des réseaux de neurones et d'autres blocs comme des modèles de raisonnement automatique » indique encore le docteur Goehrs.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article