Thromboses de stents coronaires précoces et tardives : les conséquences ne sont pas les mêmes !

Il a été montré que le risque de décès inhérent à une thrombose de stent coronaire pouvait varier au cours du suivi ; cependant, très peu d’études avaient la puissance suffisante pour évaluer avec précision l’évolution à long terme de ces patients. C’est ce qui a conduit Secemsky et coll. à comparer la mortalité cardiaque à court et long terme des thromboses de stent précoces et tardives.

L’étude a porté sur les données poolées de l’essai PROTECT (Patient Related Outcomes with Endeavor versus Cypher Stenting Trial ; Eur Heart J., 2014; 35: 2812-2820 ; mené chez 8 709 patients qui avaient été traités, après randomisation, par le stent actif Endeavor au zotarolimus ou par le stent Cypher au sirolimus) et de l’essai PROTECT Continued Access (mené chez 1 018 patients traités par le stent actif Endeavor au zotarolimus).

Les patients de ces 2 essais ont été suivis respectivement pendant au moins 4 et 3 ans.

Les thromboses de stents ont été reconnues comme certaines ou probables selon les critères de l’Academic Research Consortium (ARC) ; elles ont ensuite été stratifiées en fonction de leur délai d’apparition par rapport à la procédure initiale : thromboses précoces(≤ 30 jours), thromboses tardives (> 30 et ≤ 360 jours) et thromboses très tardives (> 360 jours). Les taux de décès et d’infarctus du myocarde ont été analysés en fonction du moment de survenue de la thrombose de stent.

Avec un suivi global moyen de 4,1 ans, 184 événements liés à une thrombose de stent (1,9 %) ont été observés : 61 à une thrombose de stent précoce, 27 à une thrombose tardive et 96 à une thrombose très tardive.

Les caractéristiques des patients et de la procédure initiale étaient semblables dans les 3 groupes, à savoir thrombose de stent précoce, tardive ou très tardive. Il n’a pas été noté non plus de différence entre les 3 groupes quant à la double antiagrégation plaquettaire administrée à la sortie de l’hôpital (97 %) ou à un an (84 %).

Davantage de décès dans les 4 ans dans le groupe des thromboses précoces

A 4 ans, le taux de décès cardiaques était significativement plus élevé chez les patients qui avaient présenté une thrombose de stent que chez ceux qui en étaient restés indemnes (32,1 % vs 2,5 % ; p < 0,001). Le taux combiné des décès cardiaques et des infarctus du myocarde n’a pas différé en fonction du délai d’apparition de la thrombose de stent ; cependant, les thromboses de stents précoces étaient plus souvent associées à un décès cardiaques dans les 4 ans que les thromboses de stents tardives ou très tardives (50,8 % pour les thromboses de stents précoces [les 2/3 des décès survenant dans ces cas le jour même de l’événement lié à la thrombose de stent] vs 18,5 % pour les thromboses de stents tardives vs 24,0 % pour les thromboses de stents très tardives ; p < 0,001).

La relation entre le délai de survenue de la thrombose de stent et le devenir des patients n’a pas différé en fonction des différents types de stents implantés.

En conclusion, ces données recueillies de façon prospective montrent que les décès cardiaques étaient plus fréquents après une thrombose de stent précoce qu’après une thrombose de stent plus tardive. Bien que la thrombose de stent soit finalement une complication rare des procédures interventionnelles coronairespercutanées, sa gravité justifie la mise en œuvre de tous les moyens pour la prévenir surtout dans les 30 premiers jours suivant l’implantation du stent.

Dr Robert Haïat

Référence
Secemsky EA et coll. : Comparison of Short- and Long-Term Cardiac Mortality in Early Versus Late Stent Thrombosis (from Pooled PROTECT Trials). Am J Cardiol., 2015; 115: 1678-1684.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article