Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les LTP…

Dans le centre et le nord de l’Europe, l’allergie aux fruits est généralement la conséquence d’une sensibilisation croisée au pollen (bouleau) et se limite souvent à un syndrome oral. Par contre, dans les régions méditerranéennes les patients ont des réactions allergiques plus graves. Ces allergies sont attribuées aux protéines de transfert lipidique (LTP) considérées comme des allergènes « vrais », sensibilisant le patient directement par voie digestive. La liste des végétaux qui contiennent des LTP n’en finit pas de s’allonger…

Les LPT font partie de la super famille des prolamines qui sont des protéines de bas poids moléculaire impliquées dans les mécanismes de défense de la plante. Elles sont présentes dans la peau des fruits plus que dans la pulpe. On a décrit une urticaire de contact à la manipulation des fruits dans les vergers (pêches). Une sensibilisation transcutanée pourrait être possible.

Les LTP sont résistantes à la chaleur et à la digestion protéolytique. Leur taux dépend de la maturation, des conditions de stockage et de l’espèce du fruit.
Des homologues de LTP ont été mis en évidence dans les pollens de pommier, poirier, cerisier et pêcher pouvant conduire à une sensibilisation par voie respiratoire.
On suppose actuellement que l’exposition dans l’enfance aux pollens de pêcher, d’armoise et de platane, en l’absence de contact avec le pollen de bouleau, pourrait faciliter la sensibilisation aux LTP dans les régions méditerranéennes, particulièrement en Espagne.

Il existe donc probablement 3 modes de sensibilisation aux LTP : une sensibilisation primaire par la consommation de pêche sans allergie pollinique, une sensibilisation primaire alimentaire dans un contexte d’allergie pollinique et une sensibilisation primaire à un allergène pollinique. Les symptômes consécutifs d’allergie alimentaire sont alors différents.

Dr Geneviève Démonet

Référence
Zuidmeer L et coll. : Lipid transfer protein allergy : primary food allergy or pollen/food syndrome in some cases. Curr Opin Allergy Clin Immunol 2007; 7:269–273.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article