Toxine botulinique dans l’épaule : la douleur en prime !

Une  douleur et une spasticité de l’épaule sont fréquemment rapportées par les patients ayant eu une hémiplégie vasculaire. Cette douleur gène la kinésithérapie, perturbe le sommeil et altère la qualité de vie. Elle peut être en rapport avec une algodystrophie, une subluxation de la tête humérale, une capsulite ou une spasticité. Les approches thérapeutiques variées ont une efficacité discutée. La toxine botulinique a démontré son efficacité sur l’amplitude de mobilisation de l’épaule dans une étude contrôlée. Des auteurs viennent de démontrer dans une étude randomisée contre placebo un bénéfice également sur la symptomatologie douloureuse.

20 patients ont été inclus dans cette étude. La douleur était appréciée avec une échelle verbale en 10 points et la spasticité par la limitation dans la rotation latérale et l’abduction de l’épaule. Une injection de toxine botulinique (500 UI Dysport) ou de placebo a été réalisée dans le muscle subscapularis. Les patients ont ensuite été évalués à 1,2 et 4 semaines.

L’amélioration de la douleur a été observée dès la première semaine. Après 4 semaines, la douleur avait diminué de 4 points dans le groupe traité et de 1 point dans le groupe placebo (p<0,0025). La mobilisation de l’épaule était aussi significativement améliorée dès la deuxième semaine. Les résultats de cette étude confirment les données des premiers travaux et inciteront certainement à proposer cette thérapeutique pour lutter contre la douleur de l’épaule des patients hémiplégiques.

Dr Christian Geny

Référence
Yelnik AP et coll. : Treatment of shoulder pain in spastic hemiplegia by reducing spasticity of the subscapular muscle: a randomised, double blind, placebo controlled study of botulinum toxin. A. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2007 ; 78 : 845–848.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.