Trafic d’organes : démantèlement d’un réseau au Pakistan

Lahore, le mardi 2 mai 2017 - La police pakistanaise a mis à jour un réseau de trafic d’organes, orchestré par au moins six personnes, dont deux médecins. Il n’existe pas de système de prélèvement et de don d’organes après la mort au Pakistan et le don entre vivants n’est possible qu’entre membres d’une même famille.

Cette législation et la pauvreté du pays contribuent au développement d’un marché noir, dont profitent de nombreux patients étrangers. Ainsi, dans le cadre du réseau démantelé ce week-end, une équipe de professionnels de santé a été prise en flagrant délit de prélèvement illégal de deux foies, dans un bloc opératoire improvisé installé dans une maison de Lahore. Les organes devaient être greffés dans la foulée à deux ressortissants d’Oman, qui avaient payé 70 000 dollars chacun pour bénéficier de cette intervention. Le nombre d’opérations ainsi réalisées n’est pas encore connu.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article