Traitement du cancer de prostate : des pénis raccourcis de plus de 5 cm !

Les traitements des cancers de la prostate envahissant la capsule reposent en règle sur l’association de la radiothérapie et d’un antiandrogène faisant appel, le plus souvent, aux agonistes de la LH-RH. Ces traitements peuvent entraîner de longues survies, au prix d’effets secondaires dont le plus habituel est l’impuissance. De surcroît, on constate non exceptionnellement un raccourcissement du pénis, qui a donné lieu à cette étude prospective.

Dans cette étude ont été inclus 47 malades (âge moyen : 68 ans) atteints d’un cancer de prostate de stade T2 (tumeur palpable) à T3b (envahissement des vésicules séminales) avec un antigène spécifique de la prostate (PSA) ≥ 10 ng/ml. Par ailleurs, les patients ne présentaient pas de métastases lymphatiques (scanner), ni osseuses (scintigraphie), avaient des fonctions hépatique et rénale conservées et une espérance de vie supérieure à 5 ans.

Le traitement hormonal a consisté en injections trimestrielles d’agonistes de la LH-RH (goséréline ou leuproréline) encadrées par 10 jours (avant et après les injections) de 50 mg/j de bicalutamide par voie orale. L’irradiation a été réalisée au cours de 35 séances (5/semaine pendant 7 semaines) de 2 Gy chacune en 4 champs. La radiothérapie a commencé après 7 mois de traitement hormonal.

Outre les analyses répétées surveillant la numération et les tests hépatiques, un même observateur armé d’un mètre-ruban a mesuré, avant le traitement, puis tous les 3 mois, la longueur de la verge étirée au maximum, depuis sa base pubienne jusqu’à son extrémité balanique. Aucun malade n’avait d’anomalie pénienne, ni d’antécédents de chirurgie localisée (notamment urétrale).

Au cours d’un suivi moyen de 18 mois, on a pu constater un raccourcissement progressif de la verge. D’une dimension moyenne au départ de 14 cm, la longueur de cet organe est descendue à 10 cm à 9 mois puis à 8,6 cm à 18 mois. On a pu observer que les phallus initialement les plus avantageux sont ceux qui ont payé le tribut le plus lourd au raccourcissement. Ceci doit être rapproché des troubles érectiles apparus chez la moitié des sujets qui avaient une fonction sexuelle conservée avant le traitement.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Haliloglu A et coll. : Penile length changes in men treated with androgen suppression plus radiation therapy for local or locally advanced prostate cancer. J. Urol. 2007 ; 177 : 128-30.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • "Traitement du cancer de prostate : des pénis raccourcis de plus de 5 cm !"

    Le 17 juillet 2007

    Il faudra se pencher sur l'incidence du volume des tissus caverneux et spongieux inclus pour irradier correctement l'apex !

    EP Canat

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.