Tribune sur les médecines alternatives : les homéopathes contre-attaquent

Paris, le vendredi 27 juillet - Cent vingt-quatre professionnels de santé, principalement des médecins, publiaient, en mars dernier, une tribune sans nuance dans Le Figaro contre les « médecines alternatives », rebaptisées « fake médecine », au premier rang desquelles était placée l’homéopathie. Les auteurs de ce texte réclamaient, notamment, que les praticiens homéopathes ne puissent pas se prévaloir de leur titre de médecin pour prescrire de l’homéopathie. Depuis, des plaintes pour manquement à la confraternité se sont multipliées contre les signataires de ce texte.

Si le syndicat national des médecins homéopathes avait déjà fait part de son indignation, il a riposté ces derniers jours en portant plainte à son tour devant l’Ordre contre l’ensemble de ces signataires. « On a pris notre temps pour étudier le dossier. Les plaintes sont parties il y a deux semaines » explique ainsi à France info Charles Bentz, président du SNMHF qui revendique 400 adhérents. 

Les plaintes ont ainsi été déposées auprès des conseils départementaux de l'Ordre des médecins dont dépend chaque signataire pour violation des règles de confraternité.

« C'est un problème pour des médecins de dire que les médecins homéopathes n'auraient pas droit au titre de médecin tout court » résume Charles Bentz. « On ne demande pas leur radiation mais on demande à ce que le Conseil de l'Ordre des médecins prenne position et qu'il vérifie s'il y a eu manquement au Code de déontologie des médecins ».

Des réunions de conciliation se tiendront dans chaque département en septembre.

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Pratiques "magiques"

    Le 29 juillet 2018

    Il ne s'agit pas de condamner astrologues et homéopathes, mais à l'époque de la médecine par les preuves, un médecin devrait choisir : pratiquer la médecine ou des pratiques "magiques". Ces deux types de pratique sont mutuellement incompatibles.

    Dr Olaf van Ditzhuyzen

  • "On ne demande pas leur radiation"

    Le 31 juillet 2018

    Et puis quoi encore ? Encore heureux !!! Propos ahurissants.

    Dr Anne-Claire Moreau

Réagir à cet article