Trottinettes électriques : une association d’accidentés réclame des mesures fortes

Paris, le mardi 13 août 2019 - Au surlendemain d’un nouvel accident mortel impliquant un usager de trottinette électrique, le ministère de la transition écologique a reçu les responsables de l’Association Philanthropique Action contre l’Anarchie Urbaine Vecteur d’Incivilité (Apacauvi) qui rassemble des victimes d’accidents provoqués par ce symbole des « nouvelles mobilités ».  

Taper au porte-monnaie

Cette organisation dit avoir recensé 200 accidents mensuels nécessitant une hospitalisation et pour y mettre fin elle recommande une batterie de mesures. La première est de soumettre ces engins à l’obligation d’assurance et d’immatriculation.

L’Apacauvi suggère également que « les loueurs de trottinettes enregistrent dans leur base de données le nom réel des utilisateurs et non un pseudonyme. Il faut que les opérateurs partagent leurs fichiers avec les autorités administratives pour verbaliser les infractions. Cela est déjà le cas pour les sociétés de location de voitures ».

Déjà quelques mesures ont été prises à Paris et Marseille. Ainsi, les trottinettes ne doivent plus, en principe, emprunter les trottoirs.

Pas de quoi calmer les ardeurs de l’Apacauvi qui prévoit une action collective contre la mairie de Paris en septembre pour mise en danger de la vie d’autrui.

25 fois plus accidentogène que la voiture

Rappelons qu’une première enquête américaine, réalisée par la revue Consumer Reports a étudié l’accidentalité des usagers de trottinette.

Cette revue a recensé 1 542 cas de traumatismes pris en charge aux urgences en contactant 110 hôpitaux dans 47 villes américaines où sont proposées des trottinettes électriques en libre-service. Ces chiffres, qui ne représentent que la partie émergée de l’iceberg, n’incluent pas, par exemple, quatre décès rapportés par la presse.

De son côté, le service de la circulation de Portland évalue le taux d’accidents en trottinettes électriques à 2,5 pour 10 000 miles parcourus, contre 0,1 pour 10 000 miles en voiture (16 000 kilomètres).

Enfin, les Center for Disease control prévoient la publication, dans les prochains mois, d’une enquête épidémiologique poussée sur le sujet. A quand dans le BEH ?

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article