Un casque anti-bruit pour améliorer le sommeil des patients en USI ?

Les patients (et les personnels soignants ?) des soins intensifs (SI) ont un sommeil de mauvaise qualité pour diverses raisons, dont le bruit excessif. De nombreuses sources d’insomnie, telles que les alarmes et la communication entre les membres du personnel, ne peuvent être difficilement modifiées. Les simples bouchons d'oreille peuvent réduire la perception du bruit alors que de nouvelles technologies comme les casques à réduction de bruit active (CRBA) - de plus en plus utilisés dans notre vie quotidienne - n’ont jamais été essayés chez ces patients.

Aussi prêterez-vous une oreille attentive à cette étude très branchée qui a mesuré l’impact des CRBA sur la qualité du sommeil des patients en SI, ainsi que leur tolérance et la fiabilité des bandes actigraphiques. L’actigraphie est un moyen non invasif de surveiller les cycles de repos et d’activité humaine, qui mesure et enregistre les mouvements du corps, comme dans le bracelet que vous portez en ce moment.

Une petite étude randomisée a été menée chez seulement 14 patients du SI du Royal Infirmary of Edinburgh, non soumis à une ventilation invasive ou non invasive, non confus, non infectés et pendant deux nuits : une première nuit avec le CRBA, une deuxième nuit sans. L’objectif principal était d’évaluer le changement dans la perception de la qualité du sommeil, mesurée par le Richards-Campbell Sleep Questionnaire (RCSQ), dont l'utilisation avait été préalablement validée pour les patients. D'autres données ont été recueillies à l'aide d'une bande d'actigraphie (Xiaomi MiBand 2) portée par chaque participant.

Oyez, oyez, le bruit n’est pas le seul perturbateur du sommeil en SI

La différence moyenne du score RCSQ entre la nuit de l'intervention et la nuit témoin a été de 5,7 (intervalle de confiance (IC) à 95 %, -14,9 - 26,3). Bien que la différence moyenne suggère une amélioration du sommeil, ce résultat n'est pas statistiquement significatif, les IC chevauchant 0 et la valeur p étant de 0,55. Les données des bandes d'actigraphie n’étaient pas fiables et n’ont pas permis de recueillir des données ; 76 % des participants ont déclaré que les activités de soins perturbaient leur sommeil, alors que seulement 21 % ont déclaré que c’était le bruit.

Les casques à réduction de bruit active avec masquage du bruit blanc n'ont donc pas amélioré la qualité du sommeil de tous les patients en soins intensifs. Une atténuation adéquate du bruit peut ne pas suffire à améliorer le sommeil si d'autres facteurs, comme la douleur et les activités de soins, sont encore plus perturbateurs. Cependant, certains patients peuvent bénéficier de cette technologie.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Owen JD, Dunn MJG : Active noise cancelling headphones with white noise to aid sleep in non-ventilated, non-delirious critical care patients: a randomised crossover trial. Br J Anaesthesia, 2019 ; 123 : e50 doi.org/10.1016/j.bja.2019.04.024

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article