Un petit café avant votre L-DOPA

La  caféine est une substance qui agit au niveau du système nerveux via les récepteurs adénosine. Ces récepteurs sont notamment exprimés dans le striatum. Dans cette structure particulièrement impliquée dans la maladie de Parkinson, les récepteurs adénosinergiques sont colocalisés avec les récepteurs dopaminergiques D2 suggérant des cibles d’action commune. Le café quotidien peut il alors avoir un effet chez le sujet parkinsonien ? Des auteurs originaires du sultanat d’Oman avaient remarqué dans leur pratique quotidienne que le café (certainement de l’arabica) semblait potentialiser l’effet de la L-DOPA et de la bromocriptine. Ils ont donc entrepris une étude pharmacologique afin de vérifier cette hypothèse.

Douze patients parkinsoniens ont été inclus dans une étude contrôlée, randomisée, en double aveugle. La caféine, à la dose de 200 mg était administrée 15 mn avant la prise de 250mg de L-DOPA-carbidopa 25mg à deux reprises à 48 heures d’intervalle en fonction de la randomisation. Les taux sériques de L-DOPA ont été mesurés toutes les demi-heures pendant 3 heures. Les patients ont été évalués cliniquement au moment des prélèvements. Le pic plasmatique était plus précoce chez les patients sous caféine (1h versus 1,5h) mais il n’existait pas d’augmentation de l’aire sous la courbe. La caféine a raccourci de manière significative le délai d’amélioration de la vitesse de tapping et de marche. Les auteurs passent en revue les différentes hypothèses pouvant expliquer l’effet de la caféine : effet sur la motricité digestive et sur la sécrétion gastrique, augmentation de la fixation de la L-DOPA sur les récepteurs dopaminergiques. Ce travail permet de souligner les potentialités thérapeutiques des antagonistes des récepteurs adénosine mais il est important de rappeler que des études antérieures avaient déjà démontré que l’administration chronique de caféine n’améliorait pas l’état des patients parkinsoniens. Dommage !

Dr Christian Geny

Référence
Deleu D et coll. : “Effects of caffeine on levodopa pharmacokinetics and pharmacodynamics in Parkinson disease” Neurology. 2006 ; 67 : 897-9.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article