Un premier bilan de sécurité de l’extension de l’obligation vaccinale

Saint-Denis, le vendredi 13 juillet 2018 – La première consultation publique du Comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) de l’ANSM dédié aux nouvelles obligations vaccinales s'est tenue le 10 juillet. Elle a permis l’audition des représentants des laboratoires pharmaceutiques (LEEM), des Ordres des professions de santé et  d’associations de victimes d’accidents vaccinaux.

Les débats qui portaient sur la sécurité vaccinale ont regretté, en premier lieu, l’utilisation toujours lacunaire du site ouvert en mars 2017 permettant aux professionnels de santé et aux patients, de signaler un événement sanitaire suspecté d’être « lié à un produit de santé, un produit de la vie courante ou un acte de soins ». Selon l’ANSM, seuls 10 % des effets indésirables y seraient réellement déclarés, rendant difficile une étude exhaustive de la question concernant la vaccination.

Pour rendre moins floue cette photographie, l'ANSM travaille actuellement à la mise en place de systèmes de surveillance spécifiques à court et long termes des vaccinations dont les premiers résultats pourraient être connus d’ici la fin de l’année.

Le Dr Gérard-Varet, de l’Ordre des médecins, a pour sa part rappelé les propositions de l’institution et en particulier celle d'informer suffisamment tôt les professionnels de santé des éventuelles pénuries de vaccins mais aussi des effets indésirables découverts pour pouvoir apporter les informations indispensables aux patients.

Il en a également profité pour rouvrir le débat sur la vaccination antigrippale des professionnels de santé, jugeant qu’elle devrait être imposée à tous ceux qui sont en contact avec des malades…

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article