Un risque de dépression majeure plus élevé chez les enfants et les adolescents obèses

Outre leurs conséquences souvent préjudiciables pour la santé physique, on a remarqué que le surpoids et l’obésité paraissent s’accompagner de dépressions plus fréquentes chez les enfants et les adolescents (sans doute en raison d’une mauvaise estime de soi et d’une dégradation de l’image du corps). Pour confirmer cette association déjà suspectée par les cliniciens, une méta-analyse avec revue systématique de la littérature médicale sur ce thème a examiné la prévalence de la dépression chez des jeunes considérés en surpoids ou obèses.

Coordonnée en Chine, cette recherche s’appuie sur des informations émanant des grandes bases de données utilisées classiquement (PubMed, EMBASE, Web of Science, Medline, Cochrane library, et PsycINFO). Les auteurs ont retenu 11 études portant sur 69 893 sujets : 5 études relatives au trouble dépressif majeur, et 6 autres études concernant d’autres types de dépression (comme « la dysthymie et la dépression non précisée »). Ils observent une prévalence de la dépression variant de 1,7 % à 26,7 % chez les sujets obèses et de 4 % à 16,9 % chez les sujets en simple surpoids. Pour le trouble dépressif majeur en particulier, cette prévalence varie de 10,1 % à 26,7 % chez les sujets obèses (avec des rapports de cotes [OR] allant de 0,92 à 4,39) et de 9 % à 16,9 % chez les sujets en surpoids (avec des rapports de cotes compris entre 0,96 et 1,67). Par rapport aux sujets-témoins d’un poids normal, les enfants et les adolescents obèses ont un risque relatif de dépression majeure plus élevé (OR = 1,851 ; intervalle de confiance à 95 % [IC] 1,410–2,429), contrairement aux jeunes seulement en surpoids (OR = 1,068 IC 0,889–1,283).

Compte tenu des effets négatifs de la dépression, les auteurs préconisent donc de promouvoir largement « un dépistage régulier et des traitements efficaces » de l’excès de poids, dès l’enfance ou l’adolescence.

Dr Alain Cohen

Référence
Wen-Wang Rao et coll.: Obesity increases the risk of depression in children and adolescents: Results from a systematic review and meta-analysis. Journal of Affective Disorders, 2020 (267): 78–85.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article