Un taux élevé de NT-proBNP est de mauvais pronostic dans les suites d’un arrêt cardiaque

Les taux sériques de NT-proBNP (N-terminal pro-B-type natriuretic) sont élevés dans les affections cardiaques et cérébrales aiguës. Partant de cette constatation, Frydland et coll. ont recherché une association possible entre les taux sériques de NT-proBNP et le pronostic neurologique et le décès de patients comateux après une ressuscitation pour arrêt cardiaque survenu en dehors de l’hôpital.

Sur les 939 patients arrivés en état comateux dans les suites d’une ressuscitation pour arrêt cardiaque survenu en dehors de l’hôpital  et qui ont été inclus dans l’étude TTM (TargetedTemperature Management) et randomisés pour être placés sous une température de  33°C vs 36°C pendant 24 heures, 700 ont été inclus dans la sous-étude portant sur le biomarqueur cardiaque et cérébral. Parmi ces 700 patients, 647 (92 %) ont pu bénéficier d’une mesure des taux sériques de NT-proBNP 24, 48 et 72 heures après le retour d’une circulation spontanée.

L’évolution neurologique a été évaluée, à 6 mois,  par le score de Catégorie de Performance Cérébrale (CPC) et par l’échelle modifiée de Rankin.

Association entre taux de NT-proBNP augmenté, décès et évolution neurologique défavorable

Sur les 700 patients inclus dans la présente sous-étude, 638 (89 %) avaient un taux sérique de  NT-proBNP  ≥ 125 pg/ml. À la 24e heure après le retour d’une circulation spontanée, les patient assignés à une température de 33°C avaient un taux sérique de NT-proBNP significativement plus bas (en moyenne : 1 472 pg/ml) que les patients assignés à une température de 36°C (en moyenne : 1 914 pg/ml) (p <0,01) ; cette différence n’était cependant plus retrouvée à la 48e heure et à la 72e heure.

À la 24e heure, une augmentation de NT-proBNP était  significativement associée à la survenue d’un décès (P logrank < 0,0001). De plus, des taux sériques de NT-proBNP supérieurs à la moyenne étaient associés de façon indépendante  (après ajustement pour d’éventuels facteurs confondants) à un pronostic neurologique défavorable (odds ratio[OR] 2,02 ; intervalle de confiance [IC] [1,34 à3,05] ; p < 0,001 et OR 2,28 ; IC [1,50 à 3,46] ; p < 0,001). Cette association a diminué à la 48e et à la 72e heure suivant le retour d’une circulation spontanée.

En conclusion, les taux sériques de NT-proBNP sont élevés chez les patients  comateux dans les suites d’une ressuscitation pour arrêt cardiaque survenu en dehors de l’hôpital. De plus, ces taux sont affectés par le niveau de température imposé par le traitement et sont associés à la survenue d’un décès ou d’une évolution neurologique défavorable.

Dr Robert Haïat

Référence
Frydland M et coll. : Usefulness of Serum B-Type Natriuretic Peptide Levels in Comatose Patients Resuscitated from Out-of-Hospital Cardiac Arrest to Predict Outcome. Am J Cardiol. ? 2016; 118: 998-1005.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article