Une anémie au cours de la grossesse a un impact sur le neurodéveloppement de l’enfant

Vu le « rôle critique » joué par l’atome de fer dans la physiologie des globules rouges, eux-mêmes essentiels pour l’oxygénation des neurones et donc pour un bon neurodéveloppement, l’existence d’une association épidémiologique est plausible entre une carence martiale prénatale et un risque accru de troubles neurodéveloppementaux comme des troubles du spectre autistique (TSA), des troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité (TDAH), voire une déficience intellectuelle (DI).

Pour tester cette hypothèse d’un lien entre une anémie chez la mère pendant la grossesse et un trouble ultérieur du neurodéveloppement chez l’enfant, en évaluant, le cas échéant, l’ampleur du risque selon le moment où survient l’anémie au cours de la grossesse, une étude de cohorte a analysé les données relatives à plus de 530 000 sujets (51,3 % de sexe masculin) nés en Suède entre 1987 et 2010, avec un suivi dans les registres de santé jusqu’au 31 décembre 2016. La population étudiée comporte donc des sujets âgés de 6 à 29 ans à la fin du suivi.

En cas d’anémie maternelle, les auteurs ont précisé le moment où elle intervenue au cours de la grossesse (avant ou après la trentième semaine d’aménorrhée SA) afin de préciser l’impact éventuel de la carence martiale sur « des périodes critiques du neurodéveloppement. »

Risque accru de TSA, TDAH et déficience intellectuelle en cas d’anémie maternelle au cours des 30 première semaines SA

Recherchant des TSA, des TDAH, une DI ou des combinaisons de ces trois types de troubles, les auteurs observent une prévalence de TSA, de TDAH et de DI plus élevée chez les enfants nés de mères chez lesquelles une anémie avait été diagnostiquée durant les 30 premières semaines de grossesse (4,9 % de TSA ; 9,3 % de TDAH ; et 3,1 % de DI), par rapport aux mères chez lesquelles ce diagnostic d’anémie était intervenu plus tardivement au cours de la grossesse (3,8 % de TSA ; 7,2 % de TDAH ; et 1,1 % de DI) ou aux mères sans anémie (3,5 % de TSA ; 7,1 % de TDAH ; et 1,3 % de DI).

En d’autres termes, l’anémie maternelle diagnostiquée au cours des trente premières semaines de grossesse est associée à un risque accru pour l’enfant de développer un TSA (Odds ratio OR=1,44 [ intervalle de confiance à 95 % IC 1,13–1,84]), un TDAH (OR = 1,37 [IC 1,14–1,64]), ou une DI (OR = 2,20 [IC 1,61–3,01]), contrairement à l’anémie maternelle diagnostiquée vers la fin de la grossesse. Ces constats incitent les auteurs à rappeler l’importance du dépistage précoce d’une carence martiale chez la femme enceinte et des conseils nutritionnels pendant la grossesse, d’autant plus que la carence en fer et l’anémie demeurent courantes chez les femmes en âge de procréer.

Dr Alain Cohen

Référence
Wiegersma AM et coll.: Association of prenatal maternal anemia with neurodevelopmental disorders. JAMA Psychiatry, 2019; 76(12): 1294–1304. doi: 0.1001/jamapsychiatry.2019.2309.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Définir l'anémie

    Le 02 juillet 2020

    Il serait bon de définir l'anémie. Compte tenu de l'augmentation de la masse plasmatique pendant la grossesse, il existe souvent une anémie par dilution. Le dosage du fer sérique et de la ferritine, la prise en compte de l'hématocrite et du taux d'hémoglobine permettent-ils de mieux définir l'anémie de la grossesse?

    Dr D. Hery

  • Anémie de la femme enceinte

    Le 10 juillet 2020

    D'où l’intérêt de la ferritinémie en début de grossesse et de regarder le VGM et pas uniquement l'hémoglobine.
    Rappelons article de l'été dernier:

    Iron absorption from supplements is greater with alternate day than with consecutive day dosing iniron-deficient anemic women de Nicole U. Stoffel, Christophe Zeder, Gary M. Brittenham, Diego Moretti, and Michael B. Zimmermann
    Haematologica 2019.

    Arrêtons de donner le fer le matin et passons au soir et un jour/2.

    Dr Thierry Harvey

Réagir à cet article