Une autre tumeur primitive est mise en évidence dans 5 % des cas au cours du bilan d'extension des cancers de l'oesophage par FDG-TEP

L'association de tumeurs primitives synchrones au sein de la sphère aérodigestive témoigne d'un phénomène qui est décrit par la théorie des zones de cancérisation. De fait, les muqueuses épithéliales de la tête et du cou, du poumon et de l'oesophage sont exposées à des agents carcinogènes communs qui peuvent conduire à l'apparition de carcinomes multiples au sein de ces régions. Le tabac est certainement le carcinogène principal et l'alcool jouerait le rôle de promoteur dans la carcinogenèse, si l'on en croit les données épidémiologiques au demeurant solides dans ce domaine. La fréquence des cancers primitifs synchrones serait comprise entre 3,6 % et 27,1 % dans le cas du cancer de l'oesophage, des chiffres qui varient considérablement d'une étude à l'autre.

La tomographie à émission de positons (TEP) avec injection de FDG marqué par le fluor 18 est de plus en plus pratiquée dans le bilan d'extension ou la surveillance des carcinomes oesophagiens. Cet examen semble être particulièrement adapté à la détection des tumeurs malignes synchrones, comme le suggère une étude dans laquelle ont été inclus 366 malades atteints d'une tumeur maligne oesophagienne prouvée histologiquement. Dans tous les cas, la FDG-TEP a été réalisée dans le cadre du bilan d'extension initial.

Une analyse rétrospective des images scintigraphiques a permis de mettre en évidence 20 tumeurs primitives synchrones (5,5 % de l'effectif) intéressant : 1) le côlon ou le rectum (n=11) ; 2) le rein (n=5) ; 3) la thyroïde (n=2) ; 4) le poumon (n=1) ; 5) les gencives (n=1).
L'une des lésions thyroïdiennes et la lésion pulmonaire ont été considérées à tort comme des métastases en première analyse, ce qui a conduit à un bilan d'extension plus péjoratif.

Dans le cancer de l'oesophage, la FDG-TEP utilisée dans le bilan d'extension peut mettre en évidence une autre tumeur maligne primitive dans 5,5 % des cas. Il convient de faire la distinction entre ces lésions malignes synchrones et les métastases, car la stratégie thérapeutique dépend de ce diagnostic différentiel.

Dr Philippe Tellier


Van Westreenen HL et coll. : "Synchronous primary neoplasms detected on 18F-FDG PET in staging of patients with oesophageal cancer." J Nucl Med 2005; 46: 1321-1325. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article