Une endométriose après la ménopause, c’est possible même sans THS

L’endométriose toucherait environ 6 à 10 % des femmes en âge de procréer. Les douleurs pelviennes en sont le premier signe et la principale complication l’infertilité. Son caractère estrogéno-dépendant explique le rythme des douleurs qui varient en fonction du cycle menstruel. L’endométriose affecte beaucoup plus rarement les femmes après la ménopause, et un traitement hormonal substitutif  est alors souvent incriminé, mais aussi l’obésité, par augmentation des taux sériques d’estrogènes.

Des auteurs brésiliens rapportent pourtant trois cas d’endométriose chez des femmes ménopausées, non obèses et ne prenant aucun traitement hormonal.

L’endométriose se présentait dans le premier cas (62 ans) sous l’aspect d’une masse annexielle gauche, non adhérente, isolée. Dans le second (78 ans), il s’agissait d’une formation douloureuse sur le muscle grand droit de l’abdomen, chez une patiente hystérectomisée depuis 20 ans. La troisième patiente (54 ans) présentait un nodule de 3 cm dans le septum recto-vaginal.

La présence d’une masse pelvienne chez deux de ces femmes ménopausées devait faire  évoquer en premier lieu une tumeur maligne de l’ovaire. Le CA 125 n’était élevé (29,6 U/ml) que dans le dernier cas. Dans les trois observations, le diagnostic a été posé grâce à l’histologie. Ces trois patientes n’avaient aucun antécédent connu d’endométriose avant la ménopause.

Indépendamment du diagnostic différentiel intéressant qu’elles représentent, ces observations d’endométriose post-ménopausique soulèvent la question de leur mécanisme étiopathogénique.

Les auteurs évoquent une possible surexpression locale de l’aromatase avec pour conséquence une augmentation de la stéroïdogenèse. Ou la théorie controversée de la métaplasie coelomique qui suggère que l’épithélium germinal de l’ovaire peut se transformer en endomètre par métaplasie.

Cependant, l’absence d’imagerie préalable ne permet pas, selon les auteurs, d’éliminer l’hypothèse de la résurgence d’une endométriose ancienne, non diagnostiquée durant la période de vie reproductive.

Ces observations sont à ajouter au dossier complexe de l’endométriose, pathologie qui continue de poser de nombreuses questions sans réponse.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Rosa-e-Silva J C et coll. : Endometriosis in postmenopausal women without previous hormonal therapy : report of three cases Climateric 2008; 11(6): 525-8

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article