Une maladie neuro-dégénérative délaissée, la démence fronto-temporale

Alors que la maladie d’Alzheimer bénéficie d’un véritable engouement de la recherche scientifique, la démence fronto-temporale suscite beaucoup moins d’intérêt. Plusieurs pistes thérapeutiques ont pourtant été explorées. L’hypothèse d’un dysfonctionnement sérotoninergique a conduit à des essais thérapeutiques avec les inhibiteurs spécifiques de recapture de la sérotonine (ISRS), visant à traiter les troubles du comportement, sans  résultats très concluants pour l’instant. La méta-analyse de ED Huey et coll. (Neurology, 2006) a cependant retrouvé une amélioration de 15,4 points au NPI avec les ISRS. Une autre piste actuellement étudiée est celle de l’utilisation d’un traitement neuroprotecteur, anti-excitotoxique, la mémantine, mais les premiers résultats sont mitigés. Dans l’étude de M. Vercelletto et coll., en double aveugle contre placebo, conduite chez 52 patients atteints de la variante comportementale de la démence frontotemporale à forme modérée, le critère de jugement principal, (Clinician’s Interview Based Impression of Change-plus pour Cibic-plus) était amélioré chez 6 patients et aggravé chez 10 autres dans le bras mémantine versus 3 et 17 dans le groupe placebo. La différence n’était toutefois pas significative. Par ailleurs, les résultats étaient négatifs sur les critères d’évaluation secondaire.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Vercelletto M. : Prise en charge thérapeutique actuelle de la démence fronto-temporale. 10e réunion Francophone sur la maladie d’Alzheimer et syndromes apparentés (Nantes) 20-22 Octobre 2009.

Copyright © Len medical

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article