Une moindre fréquence de l’auto-contrôle de la glycémie chez les jeunes diabétiques de type 1 dépressifs

Les adolescents diabétiques de type 1 ont un risque accru de dépression. Leurs symptômes dépressifs sont associés à un mauvais contrôle glycémique. Le lien entre dépression et mauvais équilibre glycémique s’explique-t-il par un suivi médiocre du traitement et plus précisément par des défaillances dans l’auto-contrôle de la glycémie ?

Dans cette étude transversale, 276 adolescents ayant un diabète de type 1 (âge moyen 15,6 ans) ont complété un auto-questionnaire permettant d’évaluer les symptômes dépressifs. La fréquence des auto-contrôles glycémiques a été évaluée par auto-questionnaire pour 118 de ces patients et par analyse des enregistrements sur testeur de glycémie pour 158 adolescents ;  la moyenne était de 3,8 contrôles par jour.

L’HbA1c a été mesurée lors des consultations, elle était de 8,9 % en moyenne. L’analyse de ces données a montré :

- une corrélation significative entre l’importance de la dépression et une fréquence moindre de l’auto-surveillance glycémique (p=0,04)
- une corrélation significative entre l’importance de la dépression et un taux plus élevé d’HbA1c (p=0,05)
- une corrélation significative entre un taux plus élevé d’HbA1c et une moindre fréquence de l’auto-surveillance glycémique (p < 0,001) .
Le lien entre dépression et HbA1c était expliqué pour 38 % par la moindre fréquence de l’auto-surveillance glycémique.

Ces résultats soulignent l’importance du dépistage et du traitement de la dépression chez les adolescents ayant un diabète de type 1. Les auteurs privilégient une approche cognitivo-comportementale dans cette tranche d’âge et ce d’autant plus qu’il existe un diabète associé. Avant d’envisager des interventions éducatives visant à promouvoir l’auto-surveillance glycémique le traitement de la dépression doit être entrepris.

Les adolescents diabétiques de type 1 ont un risque élevé de dépression qui nécessite une prise en charge spécifique. La réduction de la fréquence de l’auto-surveillance glycémique explique le lien entre l’intensité des symptômes dépressifs et l’élévation de l’HbA1c.

Dr Laurence Du Pasquier

Référence
McGrady ME et coll : Depressive Symptoms and Glycemic Control in Adolescents With Type 1 Diabetes. Diabetes Care, 2009 ; 32: 804-806.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.