Une photo peu glorieuse du contrôle de l’asthme en France

Kantar-TNS propose des études de marketing et d’opinion en France. Une de ces enquêtes menée entre le 10 janvier et le 21 février 2018 chez 19 676 panelistes* s’est intéressée à l’asthme. Pour ce faire, ont été utilisés des questionnaires validés évaluant le contrôle de la maladie (ACQ-6), la qualité de vie (EQ-5D-5L) et l’observance du traitement (MMAS-4). Pour rappel, la dernière enquête en population générale et estimant la prévalence de l’asthme en France a été conduite en 2006. L’objectif principal de la présente enquête (déjà présentée à l‘ERS) était d’estimer, en population générale, la prévalence de l’asthme en France et de décrire la répartition des asthmatiques en fonction des paliers de traitement GINA (paliers 1 à 5). Les objectifs secondaires étaient de décrire le profil des asthmatiques, leur prise en charge et le fardeau de la maladie.

L’analyse a été conduite sur 15 587 questionnaires. Elle a permis d’estimer la prévalence de l’asthme au cours de la vie à 12,8 % (n =1 989) et la prévalence de l’asthme actuel (dans l’année précédente) à 6,4 % (soit 993 asthmatiques). L’âge moyen de ces asthmatiques était de 48,2 ans (60,5 % étant des femmes). Ces personnes avaient un IMC moyen de 26,7 kg/m2 et l’âge médian au diagnostic était de 19,2 ans ; 32 % des asthmatiques ont rapporté avoir une rhinite allergique et 19 % une hypertension artérielle.

Un total de 946 asthmatiques ont dit recevoir un traitement pour l’asthme dont 42,6 % un traitement quotidien comprenant un corticoïde inhalé. Un peu moins de la moitié (46,4 %) ont indiqué avoir une bonne observance au traitement (MMAS − 4 score = 4).

Ces données permettent de conclure que la proportion de patients ayant un traitement équivalent au palier 5 de GINA est en ligne avec les précédentes estimations (1).

Autre versant de l’étude, le contrôle des symptômes a été évalué pour les individus identifiés comme asthmatiques actuels. Ces personnes ont répondu au questionnaire ACQ-6 (questionnaire validé permettant d’évaluer le contrôle de l’asthme) et aux 4 questions issues des recommandations GINA.

Les asthmatiques ont été classés 1/« contrôlés » si l’ACQ-6 était ≤ 0,75 ou en cas de réponse sans “Oui” aux 4 questions GINA ; 2/« partiellement contrôlés » si l’ACQ-6 était compris entre 0,75 et 1,5 ou en présence de 1 à 2 “Oui” ; et 3/« non contrôlés » si l’ACQ-6 était >1,5 ou en présence de 3 à 4 “Oui”.

Pour les 969 asthmatiques ayant répondu à l’ensemble du questionnaire ACQ-6, 52,3 % étaient bien contrôlés ; 24,6 % partiellement contrôlés et 23,1 % non contrôlés. Parmi les 811 patients ayant répondu aux 4 questions GINA, 53,6 % étaient bien contrôlés, 29,4 % partiellement contrôlés et 17,0 % non contrôlés. Pour les 799 asthmatiques ayant répondu aux 2 questionnaires (ACQ-6 et GINA), les niveaux de contrôle étaient équivalents dans 69 % des cas.

Environ la moitié des asthmatiques n’est donc pas bien contrôlée, quel que soit le questionnaire utilisé. Dans 69 % des cas, les niveaux de contrôle évalués avec le questionnaire ACQ-6 et les questions GINA étaient identiques. Ce qui permet de conclure que l’asthme reste non contrôlé pour une proportion importante d’individus en France. De plus, de nombreux asthmatiques présentent des exacerbations, même en palier 1 de GINA. En 2018 en France, il reste donc nécessaire d’optimiser la prise en charge de l’asthme, ont conclu les auteurs (2).

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Références
1. Raherison-Semjen C et coll. : Prévalence et prise en charge de l'asthme de l'adulte en France en 2018 : enquête ASTHMAPOP.
2. Didier A et coll. : Contrôle des symptômes de l'asthme : questionnaire GINA versus ACQ-6 dans l'enquête nationale ASTHMAPOP.
23ème CPLF (Congrès de Pneumologie de Langue Française) (Marseille) : 25-27 janvier 2019.
*âgés de 18 ans ou plus, représentatifs de la population française

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article