Une place pour le TEP-FDG dans le suivi du cancer du col utérin

En imagerie oncologique, l'apport de la tomographie par émission de positons (TEP) au 18F-fluorodéoxyglucose (18-FDG : isotope radioactif du glucose qui se fixe dans les tumeurs malignes) pour l'évaluation pré et post thérapeutique de nombreux cancers est aujourd'hui bien démontré et c'est le cas notamment pour certains cancers gynécologiques. Les nouvelles données identifiées concernant l’utilisation de la TEP dans le bilan de la récidive semblent lui conférer un nouveau rôle pour décider de la stratégie thérapeutique, notamment en cas de récidive avérée.

Une étude prospective récente portant sur 104 femmes traitées par une chimiothérapie définitive pour un cancer du col utérin avancé (Ib1-IIIb), a évalué la survie après la détection d’une récurrence par TEP-FDG chez les patientes symptomatiques versus les patientes asymptomatiques. La première TEP-FDG effectuée pendant la période de suivi a détecté 12 % de récurrences chez les patientes asymptomatiques et 84 % chez les malades symptomatiques. La survie à trois ans était de 19 % en cas de récurrences symptomatiques versus 59 % pour les récurrences asymptomatiques (p=0,09).

Une détection précoce du cancer du col utérin récurrent permet une prise en charge thérapeutique adaptée qui pourrait améliorer significativement la survie, plus particulièrement chez les patientes asymptomatiques présentant des récurrences locales. L’examen TEP-FDG pourrait être utile pour l’évaluation de la maladie résiduelle en fin de traitement et cette indication reste à confirmer dans le cadre de protocoles évalués.

Dr Violena Polena

Référence
Brooks RA et coll. : Surveillance FDG-PET detection of asymptomatic recurrences in patients with cervical cancer. Gynecol Oncol. 2008 ; Publication avancée en ligne le 16 octobre.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article