Urgences : les médecins entrent dans la danse

Paris, le lundi 12 août 2019 – Depuis le début du mouvement social qui agite les Services d’accueil des urgences (SAU), les médecins n’y avaient pas pris part directement, même si beaucoup ont affiché leur soutien. Alors que la grève touche désormais 217 services, l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) hausse le ton.

Le syndicat des Dr Pelloux et Prud’homme estime que « la situation est devenue aujourd'hui catastrophique » et ajoute que « de nombreux collègues démissionnent pour partir dans le privé (...) ou encore diminuent leur temps de travail pour échapper au rythme infernal ».

Pour « stopper la fuite des urgentistes de l'hôpital public », l’organisation propose deux « mesures immédiates » pour « aligner » leurs rémunérations « sur le montant moyen en intérim » "mode" d’exercice que choisissent de plus en plus d’urgentistes.

Ces deux mesures sont : d'une part, le passage « d'environ 265 euros à environ 480 euros » de l'indemnité pour les gardes effectuées en heures supplémentaires, d’autre part « l'octroi systématique » de la prime « d'un peu plus de 400 euros » actuellement versée aux praticiens hospitaliers exerçant dans plusieurs établissements, dite « prime multisite ».

Si elle n'obtient pas satisfaction l'AMUF se dit prête à « utiliser tous les moyens d'action, y compris la grève dans les plus brefs délais ».

Plus étonnant, l’AMUF appelle au rétablissement de la capacité de médecine d’urgence (CAMU) qui a été remplacée par un DES, ce qui aurait pour conséquence une désaffection des généralistes pour les urgences alors qu’ils demeurent les chevilles ouvrières de la spécialité.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Urgences et gardes...

    Le 13 août 2019

    Le problème des urgences est la défection des généralistes à un système de gardes; lorsque j'étais en exercice, il avait été crée une Amicale des Médecins qui s'occupait, entre autre, de gérer les gardes de nuit et WE des généralistes libéraux, qui ainsi permettait de traiter les bobos et fièvres banales et autres pathologies mineures; maintenant tout le monde est aux abonnés absents, d'où la saturation des services hospitalier d'urgences…

    Dr Daniel Muller

Réagir à cet article