Vaccination dans les EHPADs, la covid bat en retraite !

Les données dur l’efficacité en vie réelle des vaccins contre le SARS-CoV-2 commencent à affluer, venant de pays dans lesquels la campagne vaccinale s’est déployée rapidement. Une correspondance adressée au New England Journal of Medicine relate une étude observationnelle menée dans 280 résidences de personnes âgées, réparties à travers le pays. L’objectif était d’évaluer l’impact de la vaccination par l’un des vaccins à ARNm sur l’incidence des cas de Covid-19 au sein de ces résidences.   
     
Au total 18 242 personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin ont été incluses. Huit fois sur 10 il s’agissait du vaccin de Pfizer BioNTech, 2 fois sur 10 du Moderna. Parmi ces personnes, 13 048 ont aussi reçu la seconde dose. Enfin, 3 990 résidents étaient présents le jour de la vaccination mais n’ont pas été vaccinés.

Diminution d’incidence chez les vaccinés…et les non vaccinés

Dans ce groupe de personnes âgées, absentes des essais cliniques et dont l’immunité est souvent altérée, les résultats sont intéressants. L’incidence de l’infection diminue au fil du temps chez les personnes vaccinées. En effet, 822 cas ont été recensées dans les 0-14 jours suivant la première dose de vaccin (4,5 % des résidents vaccinés) et 250 (1,4 % des résidents vaccinés) dans les 15-28 jours suivants. Parmi les personnes qui ont reçu les 2 doses, 130 cas ont été dénombrés (1,0 % des résidents vaccinés) dans les 0-14 jours et 38 cas (0,3 %) après 14 jours. Mais les résidents non vaccinés sont eux aussi concernés par cette baisse de l’incidence, de 173 cas (4,3 % des non vaccinés) dans les 0-14 jours suivant la session de vaccination à 12 cas (0,3 %) jusqu’à 42 jours après.

Des formes majoritairement asymptomatiques

Tous les résidents étaient examinés quotidiennement par des infirmières et considérés comme symptomatiques s’ils avaient des signes en rapport avec la Covid dans les 5 jours avant et jusqu’à 14 jours après un test positif. Les résidents étaient testés tous les 3 à 7 jours en cas de cas confirmés dans la résidence, et systématiquement en présence de symptômes ou d’une possible exposition.

Dans tous les groupes, la majorité des infections étaient asymptomatiques. Il est intéressant de noter que dans tous les cas l’incidence diminue, que ce soit celle des infections symptomatiques ou asymptomatiques. En revanche, dans cette étude, le taux de vaccination parmi les soignants (qui était le plus souvent élevé) ne semble pas avoir d’impact significatif sur l’incidence de l’infection parmi les résidents. Notons que le port du masque et les autres mesures de prévention étaient poursuivis par tous les résidents et le personnel, assurant une protection pour le petit nombre de personnes non vaccinées.

Si l’on ne peut que se réjouir de la baisse de l’incidence de la Covid-19 après la vaccination, la persistance de quelques cas après celle-ci illustre la nécessité de la poursuivre et de continuer aussi la surveillance par les tests.

Dr Roseline Péluchon

Référence
White EM et coll.: Incident SARS-CoV-2 Infection among mRNA-Vaccinated and Unvaccinated Nursing Home Residents. N Engl J Med.,. 2021 ; publication avancée en ligne le 19 mai. doi: 10.1056/NEJMc2104849.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • LA COVID-19 bat en retraite, mais pourquoi ?

    Le 29 mai 2021

    L'étude ainsi présentée, n'apporte aucune preuve de l'efficacité d(u)(es) vaccin(s).
    + À quelle période de l'épidémie cette étude a été faite ? Au cours de la montée d'une N-ième vague ou au cours de sa décroissance ?
    + L'hécatombe observée dans les EHPADs peut avoir réduit de façon significative le nombre de personnes susceptible de faire une forme grave de la COVID. Ce n'est pas par parce qu'on a plus de 75 ans que l'on va se retrouver à l'hôpital ou mourir en raison de la COVID-19. Nombre de mes patients âgés ont passé la covid-19 sans gros problèmes depuis mi-août 2020. Avant, cela a été l'hécatombe. Depuis mi-août 2020 (avant la vaccination) à aujourd'hui, je n'ai eu que deux patients hospitalisés. L'un 24-48 heures et l'autre actuel, qui hélas risque de ne pas s'en sortir. Cette dernière est une personne fragile avec un âge > 80 ans, une PR et un traitement immuno-dépresseur relativement conséquent. Cette patiente avait reçu une première dose de vaccin 2-3 semaine avant son hospitalisation.

    + On constate tous, une baisse significative des cas de COVID-19 notamment depuis 2-3 semaines pour ma part. Ceci correspond à peu près au début du déconfinement. Est-ce dû à la vaccination ? À la vaccination et à l'immunité naturelle acquise par les personnes infectées ? Aux UV qui réduisent la prolifération du virus en le tuant (part saisonnière de la baisse d'activité du SRAS-Cov2) ?

    Dr J-P Pau Saint-Martin

  • Les chiffres sont à la baisse oui mais pourquoi ?

    Le 01 juin 2021

    Je suis heureuse de voir que les chiffres sont à la baisse, partout, même où le vaccin est peu utilisé. La question est bien de savoir pourquoi? est ce par le vaccin ou pas? Même les personnes âgées dont le système immunitaire est plus faible, peuvent être immunisée par contact avec la maladie.
    immunité acquise ou vaccinale?
    On les teste les résidents tous les quelques jours mais on sait bien qu'on peut trouver de nombreux agents infectieux dans un prélèvement nasal ...conclusion: ils ne font pas de formes graves ...je m'interroge. si on avait testé les gens pour la grippe et le covid en même temps (il existe un test chez Biomérieux) qu'est ce qu'on aurait trouvé? Grippe et covid? Grippe seule? Covid seul?
    L'immunité acquise progresse aussi dans les pays qui vaccinent moins, les chiffres baissent.
    La conclusion semble un peu rapide.
    On envisage aussi de faire un test anticorps avant de vacciner (2ème injection)...n'est ce pas le signe que l'immunité progresse? Ce serait une bonne nouvelle.

    Anne Levry (pharmacienne)

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.