Vapotage et atteintes pulmonaires graves : mise en garde aux Etats-Unis contre les liquides artisanaux ou contenant du THC

Paris, le lundi 2 septembre 2019 – Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et la Food and Drug Administration (FDA) ont poursuivi la semaine dernière leurs investigations autour de plusieurs cas d’atteintes pulmonaires graves rapportés chez des utilisateurs de cigarettes électroniques. Les autorités américaines recensent désormais 215 cas, signalés dans 25 états, tandis qu’un certain nombre de dossiers supplémentaires sont en cours d’investigation.

Produit caustique

Parallèlement à cette progression du nombre de cas répertoriés et alors que les CDC formalisent actuellement une procédure de signalement en vue d’une harmonisation qui doit permettre de faciliter les repérages, les recherches des équipes de veille sanitaire n’ont pas permis d’aboutir à une conclusion quant aux causes de ces atteintes pulmonaires. Ainsi, bien que les patients aient en commun un usage de la cigarette électronique, il n’existe pas encore de certitude quant au lien entre les symptômes constatés et le recours à ces dispositifs. De la même manière, les CDC ne peuvent confirmer qu’il s’agit bien d’une seule et même pathologie. Cependant, la connaissance de nombreux cas s’affine et plusieurs évoquent une présentation similaire à l'inhalation d’un produit caustique.

Le cannabis fréquemment retrouvé

Aussi, nécessairement, les investigations se concentrent également sur les produits potentiellement responsables. Sur ce point aussi, les incertitudes demeurent. Aucune substance spécifique ne semble pouvoir être incriminée, même si on retrouve très fréquemment l’utilisation de cannabis chez les patients. C’est par exemple le cas de 89 % des sujets hospitalisés dans le Wisconsin. Par ailleurs, certaines réponses pourraient être obtenues grâce à l’analyse des différents échantillons collectés par la FDA : plus de 80 cartouches sont actuellement expertisées.

Eviter les revendeurs et les liquides artisanaux

Ces différentes données poussent les CDC à réitérer et à préciser leurs recommandations à l’intention de la population américaine. Ils insistent ainsi sur l’importance de ne pas acheter de liquides en dehors des réseaux de distribution dûment validés : les achats dans la rue ne sont en effet pas rares aux Etats-Unis. Les autorités rappellent encore que la cigarette électronique n’est pas adaptée aux personnes n’ayant jamais fumé, aux mineurs ou aux femmes enceintes.

Cœur de cible

Ces préconisations ont également été endossées par les leaders du marché américain, et notamment l’entreprise JUUL. Objet de plusieurs enquêtes de la part des autorités en raison de son succès chez les jeunes, JUUL a lancé un message clair ce week-end. « Ne commencez pas à consommer de la nicotine si vous n’en utilisiez pas avant. N’utilisez pas le produit, vous n’êtes pas notre cible » a ainsi invité sans nuance Kevin Burns, fondateur de JUUL dans une interview accordée à CBS Morning le 29 août. L’entreprise a par ailleurs présenté un nouveau plan destiné à renforcer le respect des contrôles de l’âge des acheteurs de cigarettes électroniques. Ainsi, JUUL a débloqué 100 millions de dollars pour faciliter l’installation chez les revendeurs d’un dispositif de vérification électronique : la vente est bloquée si une pièce d’identité permettant de spécifier l’âge de l’acheteur n’est pas scannée.

Vigilance mais sans panique en France

La situation américaine est observée avec attention et tout en même temps une certaine distance en France où les problématiques apparaissent différentes. Les contrôles des produits se révèlent en effet majoritairement plus rigoureux qu’aux Etats-Unis, mais des reventes en dehors des réseaux officiels ne sont cependant pas exclues. En outre, pour l’heure, même si une tendance à la hausse a pu être observée lors de récentes enquêtes, la cigarette électronique demeure peu utilisée par des sujets n’ayant jamais été exposés à la cigarette classique.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Faux procès du vapotage

    Le 08 septembre 2019

    Il parait clair que de sont les produits frelatés introduits dans les liquides du vapotage qui causent ces insuffisances respiratoires violentes et dramatiques! Il est urgent d'établir des règles et des contrôles!

    Dr Astrid Wilk

Réagir à cet article