Variole du singe : François Braun fait le point sur l’épidémie

Paris, le jeudi 11 août 2022 – Interrogé ce mercredi matin sur RTL, le ministre de la Santé a défendu la réponse des autorités à l’épidémie et a affirmé que la vaccination allait s’accélérer.

Services d’urgences fermés, canicule, Covid-19… : le Dr François Braun a été interrogé sur diverses questions de santé publique ce mercredi matin sur RTL. Mais les journalistes n’ont pas manqué de questionner le ministre de la Santé sur l’épidémie de variole du singe qui touche actuellement le pays.

L’urgentiste en a profité pour défendre la politique menée par le gouvernement en la matière et répondre aux critiques des associations et de l’opposition.

Le ministre a d’abord rappelé le bilan actuel de l’épidémie : 2 601 cas confirmés ce mardi, soit deux fois plus de personnes contaminées qu’il y a trois semaines. S’agissant de la vaccination, il a indiqué que 30 000 individus avaient été vaccinés, soit 12 % de la population cible (hommes homosexuels et transsexuels multipartenaires et travailleurs du sexe), évaluée par la Haute Autorité de Santé (HAS) à 250 000 personnes.

Selon le ministre, « la vaccination s’accélère, avec plus de 2 000 vaccinations par jour ».

François Braun persiste : il y a assez de doses disponibles

Malgré les rumeurs de plus en plus pressantes sur une pénurie de doses et les accusations de manque de transparence, François Braun continue d’affirmer qu’il y a « assez de vaccins pour vacciner la population cible » et que le nombre de doses disponibles est protégé par le secret-défense, la variole pouvant être utilisée comme une arme.

La relative lenteur de la campagne de vaccination serait donc dû à un manque de « bras disponibles ».

A ce titre, le ministre a rappelé le lancement ce mercredi d’une expérimentation sur la vaccination en pharmacie. Cinq officines dont deux à Paris vont être habilitées pendant 15 jours à administrer le vaccin contre la variole du singe. L’objectif est de « voir si cela est réalisable dans les pharmacies en respectant la chaine du froid ».

En effet, le vaccin doit être conservé au congélateur (entre – 20 °C et – 80 °C) et n’est utilisable que pendant quelques semaines une fois décongelé. De plus, les vaccins sont conditionnés dans des boîtes de vingt doses. « Nous ne voulons pas perdre de doses » a expliqué le ministre.

Le ministre prêt à s’expliquer devant une commission d’enquête

Le ministre a également tenté de rassurer ceux qui ne parviennent pas à trouver de créneaux de vaccination, alors qu’aucun rendez-vous n’est disponible sur Doctolib jusqu’à fin octobre en Ile-de-France.

« Doctolib n’est pas la solution à tous, les gens qui veulent se faire vacciner doivent aller sur Santé.fr, de nombreux centres de vaccination n’utilisent pas Doctolib car ils font aussi du dépistage anonyme d’autres maladies et en particulier du VIH » a expliqué l’ancien urgentiste. 

Enfin, le Dr Braun a tenu à répondre aux critiques formulées contre la gestion de la crise par le gouvernement et notamment celle selon laquelle les autorités auraient manqué de réactivité, en débutant la campagne de vaccination deux mois après le premier cas.

« D’un point de vue épidémiologique, entre un premier cas et le début d’une épidémie, il y a un laps de temps » a expliqué le ministre avant de rappeler l’enchainement des faits : « j’ai saisi la HAS dès mon arrivée au gouvernement le 4 juillet, le 8 juillet on avait leur avis, le 10 juillet on commençait à vacciner (…) la France fait partie des trois premiers pays dans le monde à avoir mis en place la vaccination préventive ».

Il s’est dit prêt à répondre à une éventuelle commission d’enquête parlementaire, réclamée par une partie de l’opposition.

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Du vent pour informer sans inquiéter

    Le 13 août 2022

    Faute d’évaluation fiable des besoins et d’information stratégique sur les stocks, indiquer qu’ils sont suffisants ou insuffisants (actuellement) est hors sol. Informer sans inquiéter est un Défi
    Évaluer la population cible à "250 000 personnes" (actuellement ...) repose sur du vent : spécificité de la population évoquée, ses habitus déclarés et absence de statistique crédibles fort heureusement. Une partie est clandestine, sous les radars, et le restera. Une autre est déjà médicalisée (HIV) et a une tradition communautaire maitrisant réseaux sociaux et « bouche à oreille ».
    Cette population cible est susceptible d’évoluer au gré des acquis épidémiologiques sur la transmission (part de l’aérosolisation vs contact).
    Tout au plus peut-on évaluer la population (masculine pour le moment) née après 1979, non vaccinée: la majorité est probablement hétérosexuelle, dans ses pratiques au moins. La vaccination antivariolique historique est un rempart partiel (18 % vaccinés**).
    Dans le travail international collaboratif* mené hors Afrique (N : 528), l’orientation sexuelle déclarée est bien renseignée (Table 1) : 527 Hommes, 98% homo (509) ou bisexuels (10), 95% caucasiens. Le nombre moyen de partenaires dans les 3 mois précédents, quand l’information est connue (75 %), ne reflète pas le mode de vie de la majorité des gay ou bi : 5* (3-15), 6,5** (3-16).
    Notons en Espagne** la proportion d’ « hétérosexuels » parmi les 175 hommes et 6 femmes infectés : « 5% » et « 100% »
    Peu évoqué car très « incorrect » : la population cible attire peut-être moins l’attention collective que les résidents des EHPAD, en dehors des associations bruyantes ou réunions commémoratives festives.
    On peut entendre, sans valider, ceux « peu inclusifs » qui pensent que transsexuel(le)s multipartenaires ou travailleurs du sexe ne sont pas sur le podium de leurs préoccupations
    Des acquis, hors Afrique, sur les aspects pédiatriques*** ou obstétricaux pourraient rebattre les cartes.
    La commission d’enquête évoquée n’a aucune raison d’être si ne n’est de remettre la lumière sur quelques idéologues élu(e)s, indignés permanents. Il est hasardeux d’en évoquer la tenue et logique d’accepter le principe de s’y présenter si besoin : premier cas national 20/5/2022, 3 mois bientôt.

    *Thornhill JP et coll ; SHARE-net Clinical Group. Monkeypox Virus Infection in Humans across 16 Countries - April-June 2022. N Engl J Med. 2022 Jul 21. doi: 10.1056/NEJMoa2207323
    **Tarín-Vicente EJ et coll. Clinical presentation and virological assessment of confirmed human monkeypox virus cases in Spain: a prospective observational cohort study. Lancet. August 8, 2022 https://doi.org/10.1016/S0140-6736(22)01436-2
    *** CDC 26/7/2022 : Clinical Considerations for Monkeypox in Children and Adolescents
    https://www.cdc.gov/poxvirus/monkeypox/clinicians/pediatric.html

    Dr Jean-Paul Bonnet

Réagir à cet article