Vers la fin des « discriminations » professionnelles pour les diabétiques…et les autres malades ?

Paris, le jeudi 26 janvier 2017 - Le 9 janvier dernier, la Fédération française des diabétiques (FFD) et l'Aide aux jeunes diabétiques (AJD) lançaient une pétition et une campagne de sensibilisation nationale dénonçant l’obsolescence de certaines réglementations qui visent à interdire des professions aux patients diabétiques (par exemple policier, marin, ingénieur des mines, contrôleur SNCF…).

Ce mardi, devant la représentation nationale, Marisol Touraine, ministre de la santé, a fait écho à ces préoccupations en déclarant : « les conditions de traitements [des diabétiques] ont considérablement évolué et donc les textes (…) ne correspondent pas à la réalité médicale et à la réalité des soins  (…)  le gouvernement est favorable à ce que ces textes évoluent et que soient revues complètement les conditions d'aptitude pour un certain nombre de métiers, au regard des personnes diabétiques et le cas échéant de personnes malades d'autres pathologies ».

Le ministre a enfin rappelé devant l'Assemblée nationale que « l'état de santé ne peut pas être un facteur de discrimination face au travail (…) C'est un principe fondamental, qui vaut pour les diabétiques mais aussi pour tous ceux confrontés à des maladies », les 3 mois qui lui restent en poste seront peut-être insuffisants pour un tel chantier !

FH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Nous espérons

    Le 26 janvier 2017

    Madame le ministre de la santé a rappelé que l'état de santé ne peut pas être un facteur de discrimination face au travail...pour les diabétiques mais aussi pour tous ceux confrontés à des maladies...
    Enfin, nous espérons que "le cas échéant " sera bien étendu aux différentes maladies chroniques, en tant que représentante associative, travaillant depuis plus de 20 ans à "faire sortir de l'ombre l'épilepsie", nous espérons que le gouvernement tiendra sa parole et permettra enfin en 2017 de ne plus cacher sa maladie.

    Dr Marie-Anne Durand-Fonvieille

Réagir à cet article