Vers une pénurie… de vaccins contre la grippe

Paris, le mercredi 21 octobre 2020 - Voilà un mot que l’on pensait enfin oublié, mais qui s’installe pourtant durable-ment dans les discours en cette année particulière : pénurie. Après avoir concerné les masques, les gants, les blouses (mais aussi des biens plus insolites tels que le papier toilette et la farine), la pénurie semble désormais toucher les stocks de vaccins contre la grippe saisonnière. Une pénurie qui, pour une fois, cache une bonne nouvelle.

Pour éviter que les malades de la grippe ne s’ajoutent à ceux du Covid-19, de nombreux Français répondent à l’appel de l’Académie de médecine et des sociétés savantes de pédiatrie en faveur d’une large vaccination contre le virus.

Des doses supplémentaires pour éviter la rupture

Dix ans après avoir boudé le vaccin contre la grippe H1N1, les Français plébiscitent le vaccin contre la grippe saisonnière. Après en avoir écoulé en une semaine plus de 5 millions de doses, soit la moitié de ceux délivrés en 2019, les pharmaciens de ville ont annoncé mardi 20 octobre être, pour 60 % d’entre eux, en rupture de stock.

Une situation qui inquiète les officines. D’après Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine cité dans Le Monde « les pharmaciens vont être à sec ». Face à la demande, l’Union demande « à l’industrie d’accélérer la seconde livraison (…) sinon 92 % des pharmaciens seront en rupture avant la fin de la semaine ».

Alors que les laboratoires ont prévu de livrer plus de 13 millions de doses (contre 11 millions l’année dernière) l’État a annoncé récupérer des doses supplémentaires sur le marché européen. Des vaccins qui devront arriver d’ici décembre afin d’éviter la rupture des stocks.

La vaccination aussi en entreprise

Comment expliquer le risque de rupture ? Au-delà du succès de l’appel chez les personnes à risque ciblées par les recommandations, Gilles Bonnefond constate qu’un grand nombre d’entreprises font le choix d’engager des campagnes de vaccinations en interne : « je m’étonne aujourd’hui d’entendre que des entreprises comme des assureurs, des collectivités ont des vaccins et se font vacciner par l’intermédiaire de leur infirmière d’établissement ou par le médecin du travail. Je croyais qu’on avait dit qu’il fallait réserver cette année les vaccins aux personnes prioritaires » bénéficiant d’un bon de prise en charge par l’Assurance maladie.

Un appel entendu également par les professionnels de santé

Chez les soignants aussi, le vaccin contre la grippe fait des émules. Bien qu’elle ne soit pas obligatoire, de nombreux professionnels de santé ont émis le souhait de se faire vacciner contre la grippe saisonnière. Il faut dire que la couverture vaccinale en la matière est jugée très insuffisante. En 2019, seulement 35 % des professionnels de santé étaient vaccinés contre la grippe saisonnière. Un taux qui cache des disparités importantes entre les médecins (68 %) et les aides-soignants (21%).

C.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article