Vincent Lambert : l’arrêt des soins pourrait reprendre dès aujourd’hui

Paris, le mardi 2 juillet 2019 – Dans un message adressé à chacun des membres de la famille de Vincent Lambert, le chef du service de soins palliatifs du CHU de Reims, le docteur Vincent Sanchez annonce aujourd’hui : « Le cours de la procédure d'arrêt des traitements sera poursuivi à partir de ce jour ». Dans ce court mail, le praticien en appelle « à la responsabilité de chacun » afin que « l'accompagnement de Vincent Lambert soit le plus paisible, intime et personnel possible ».

L’arrêt de la Cour de Cassation de vendredi dernier a en effet ouvert la voie à ce nouvel arrêt des soins. Mais la mère de Vincent Lambert continue à en appeler au Comité de l’ONU pour les droits des personnes handicapées (CDPH).

Vincent n’est pas en fin de vie

Elle n’est pas décidée à baisser les bras. Alors que la bataille judiciaire semble perdue, Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert, ce patient en état végétatif depuis 2008 devenu un symbole du débat sur l’euthanasie, continue de se battre pour que son fils soit maintenu en vie. Ce lundi, elle participait à une table ronde à Genève organisée par une ONG, le Centre européen pour le droit et la justice, en marge d’une session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. A cette occasion, elle a demandé au CDPH d’intervenir. « Je crie tout haut que Vincent, on veut l’assassiner, c’est le vrai mot » a-t-elle déclaré, des sanglots dans la voix. « Vincent n’est pas en fin de vie, Vincent n’est pas un légume ».

Saisie par les parents de Vincent Lambert, le CDPH avait demandé à la France le 4 mai de suspendre la décision d’arrêt des soins maintenant en vie le patient, le temps qu’il puisse examiner le dossier sur le fond. Jugeant ces mesures conservatoires non-contraignantes, le gouvernement avait refusé de les exécuter. Alors que la cour d’appel de Paris avait tranché en faveur du maintien en vie le 20 mai, la Cour de Cassation vient de casser cet arrêt, ouvrant la voie à un nouvel arrêt des soins. La fin (en apparence) d’une bataille judiciaire de plus de 10 ans marquée par plusieurs arrêts des plus hautes juridictions (Cour de Cassation, Conseil d’État et Cour Européenne des Droits de l’Homme).

Ban des nations

Malgré la défaite judiciaire, les parents de Vincent Lambert continuent de demander que la France respecte la décision de l’ONU. « La France ne peut pas se placer au ban des nations civilisées et risquer d’être condamnée par l’ONU à l’avenir » avance Maitre Jérôme Triomphe, leur avocat. Ils ont également menacé le docteur Sanchez du CHU de Reims, en charge de leur fils, de porter plainte pour assassinat en cas de nouvelle décision d’arrêt des soins, ce qui n’a pas empêché le praticien de programmer dès aujourd’hui la reprise de la procédure.

L’affaire Vincent Lambert est également un drame familial. Si les parents du patient, appuyés par un frère et une sœur, souhaitent le maintenir en vie, ses autres frères et sœurs et son épouse Rachel demandent l’arrêt des soins. D’habitude très discrète dans les médias, cette dernière s’est exprimée ce lundi sur les antennes de BFM TV, pour rappeler que Vincent n’aurait pas souhaité être maintenu en vie artificiellement : « Je garde toujours l’espoir que Vincent puisse être entendu (…) Qu’il trouve sa liberté et qu’il soit respecté dans ses convictions et dans l’homme qu’il nous a montré qu’il était ».  

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Le titre me dérange un peu...

    Le 03 juillet 2019

    il est question d'arrêt des soins. or, sauf erreur de ma part, les "soins" que reçoit actuellement Vincent Lambert se résument à l'alimenter, l'hydrater et le nurser.
    que dirait on si on annonçait qu'on vient "d'arrêter les soins" d'un patient tétraplégique ou atteint d'une SLA évoluée (comme par exemple feu l'astrophysicien Stephen Hawking) dans un but humanitaire et compassionnel, évidemment, afin de mettre un terme à ses souffrances même s'il ne l'a pas explicitement demandé (pour Vincent Lambert, on n'a rien d'autre que le témoignage de son épouse, aucun écrit et il n'est pas en mesure de s'exprimer lui même maintenant) mais pas de souci, il va bénéficier d'une sédation profonde qui l'aidera à passer confortablement ces quelques jours un peu pénibles...euh?

    Il est à prévoir que les bonnes âmes compatissantes, humanistes, progressistes etc...qui réclament à corps et à cri qu'il en soit fait ainsi pour Vincent Lambert seraient un peu gênées aux entournures, voire horrifiées: et si on leur faisait méchamment remarquer que c'est par leur faute qu'a été entrouverte cette boîte de Pandore, et que maintenant les démons vont continuer à se répandre partout sans qu'on puisse arrêter la machine, ils pleurnicheraient "je n'ai pas voulu ça" en se tordant les mains: trop tard, les amis, c'est pourtant pas faute d'avoir été avertis...

    Dr Jean-Marc Ferrarini

  • Si Vincent Lambert nous quittait ainsi ...

    Le 03 juillet 2019

    ...comment pourrait-on éviter, à l'avenir, l'euthanasie d'un handicapé, hospitalisé, incapable de s'alimenter seul, incapable d'exprimer verbalement son attachement à la vie, que ses parents voudraient transférer dans un service plus adapté ?

    Dr Jean-Yves Gabet
    Neurologue, spécialisé en explorations fonctionnelles du système nerveux.

  • Vincent Lambert : la poursuite de son alimentation et rehydratation artificielle par gavage est une forme de sévices à p

    Le 07 juillet 2019

    Les soins de survie artificielle que constituent l'alimentation et rehydratation par gavage sont bien des soins de survie. Recourir à de tels soins chez un homme ou une femme en grève de la faim serait considéré comme une entrave à sa liberté. C'est par expérience professionnelle, acquise en tant qu'externe de garde à l'hôpital de Garches en 1967, interne en réanimation à l'hôpital Claude Bernard en 1969, médecin réanimateur à l'hôpital Port-Royal, puis Bretonneau, puis à l'Insitut de Puériculture de Paris, puis comme Professeur de Pédiatrie et chef de service en réanimation jusqu'en 2009, que je considère que LA POURSUITE DE LA REALIMENTATION ET RÉHYDRATIONS ARTIFICIELLE par gavage de Vincent Lambert, en état végétatif depuis une dizaine d'années, est une forme de SÉVICES À PATIENT.
    Je trouve que les Drs Ferrarini et Gabet devraient préciser au nom de quelle expérience professionnelle personnelle, ils appuient leur argumentation. Pour être considéré comme un expert dans n'importe quel sujet, il faut justifier de son expérience, PRATIQUE, sur le sujet et pas seulement de ses réflexions purement intellectuelles.

    Professeur Marcel Voyer

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article