Zéro reste à charge : la grosse colère d’Agnès Buzyn

Paris, le jeudi 10 janvier 2019  - En décembre, prévoyant la mise en place de la réforme dite du reste à charge zéro sur l’optique, la dentisterie et les audioprothèses, les mutuelles menaçaient d’augmenter fortement leurs cotisations.

Cette perspective avait provoqué de vives réactions, en particulier d’Agnès Buzyn et du gouvernement, qui estimaient que ces organismes ne jouaient pas le jeu d’une réforme en grande partie prise en charge par la Sécurité sociale.

Revenant sur cet épisode au micro de Jean-Jacques Bourdin, Agnès Buzyn a raconté sa colère.

« Hors de moi » !

« Je me suis fâchée parce que les mutuelles s'étaient engagées à ne pas augmenter leurs tarifs sur la réforme du reste à charge zéro. (...) Certaines mutuelles ont justifié leur hausse de tarifs en disant "nous prenons en compte la réforme du gouvernement". J'étais hors de moi parce que leur engagement était qu'en aucun cas la réforme, vu ce que ça leur coûte sur trois ans par rapport aux 34 milliards de ressources, ne justifie une hausse de prix ». 

Toutefois elle a admis que le « coût de la santé augmente » et ne pas être en mesure d'« empêcher une hausse des tarifs »…

Elle a finalement salué l'effort qu’elle a obtenu des complémentaires, de « neutraliser » la hausse 2019 des contrats « d'entrée de gamme ».  

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article