Le diabète, facteur de risque d’arthrose

Plusieurs données épidémiologiques et expérimentales soutiennent l'hypothèse que le diabète pourrait être un facteur de risque indépendant d’arthrose (OA). Les résultats d’études récentes confortent cette hypothèse en montrant une incidence accrue d’OA chez les malades souffrant d’un syndrome métabolique.

Plusieurs mécanismes physiopathologiques supportent cette théorie du lien entre diabète et arthrose.

Quelques études in vitro ont évalué le rôle de l’hyperglycémie extracellulaire sur le fonctionnement des chondrocytes. Ces derniers expriment de multiples isoformes du transporteur de glucose (GLUT 1 entre autres) et sont capables de détecter la concentration de glucose présente dans la matrice du cartilage, le liquide synovial et ainsi réagir en ajustant leur métabolisme cellulaire. L'hyperglycémie diminue le transport du déshydroascorbate dans les chondrocytes, ce qui peut compromettre la synthèse de collagène de type II, et augmenter la production de dérivés réactifs de l’oxygène (ROS), importants médiateurs de la dégradation du cartilage.

De plus, le diabète, s’accompagne d’altérations des matrices extracellulaires par accumulation de produits de glycation (advanced glycation end-products ou AGE). Ces AGE rigidifient les matrices, les rendant ainsi davantage susceptibles aux agressions environnementales et activent les cellules qui possèdent des récepteurs spécifiques dénommés RAGE (receptors for AGE), présents sur de nombreux types cellulaires, y compris les chondrocytes. Une fois lié à RAGE, les AGE déclenchent l'activation des différentes voies de signalisation conduisant à la surexpression de médiateurs pro-inflammatoires et pro dégradant et à quelques modifications dans la différenciation des chondrocytes

Chez l’homme, la dysfonction motrice et sensorielle des muscles peut être un facteur important dans la pathogenèse des dommages articulaires. La neurotoxicité de l'hyperglycémie pourrait conduire à une déficience neuromusculaire, aggravant l'arthrose.

En outre, l'hyperglycémie induit un état inflammatoire de bas grade systémique qui peut aggraver le processus arthrosique.

Ainsi, les liens entre diabète et arthrose sont divers et pourraient constituer de nouvelles pistes thérapeutiques de l’arthrose.
De nombreuses questions restent cependant en suspens et en particulier en ce qui concerne le rôle potentiel des médicaments antidiabétiques actifs face au processus arthrosique.

Dr Juliette Lasoudris laloux

Références
Berenbaum F: Diabetes-induced osteoarthritis: from a new paradigm to a new phenotype.
Ann Rheum Dis., 2011 ; publication avancée en ligne le 6 avril.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article