Existe-t-il des aires cérébrales de la socialisation ?

Les progrès considérables de l’imagerie cérébrale semblent redonner une nouvelle vie à une théorie surannée, la phrénologie[1] (due au médecin allemand Franz Joseph Gall, et dont le langage conserve un souvenir, dans une expression comme « la bosse des maths »). Exploitant les apports de l’imagerie structurelle en résonance magnétique, une étude britannique essaye ainsi d’« identifier des différences au niveau de la matière grise » entre des délinquants violents, selon qu’ils relèvent ou non du diagnostic de psychopathie (en référence aux critères de la Psychopathy Checklist-Revised[2]).

D’inspiration « néophrénologique » (même si les associations recherchées et la rigueur méthodologique sont beaucoup plus sérieuses qu’au temps de Gall), cette recherche porte sur 22 sujets-témoins et 44 délinquants violents (17 étiquetés « personnalité antisociale avec psychopathie associée », et 27 étiquetés « personnalité antisociale sans psychopathie associée »). Chez les 17 délinquants considérés comme psychopathes, les auteurs constatent, comparativement aux sujets-témoins comme aux délinquants sans psychopathie associée, une « réduction significative des volumes bilatéraux de matière grise » concernant le cortex rostral préfrontal antérieur (aire 10 de Brodman)[3] et les pôles temporaux, entre l’aire 20 de Brodman (gyrus temporal inférieur) et l’aire 38.

Les auteurs ont vérifié que ces réductions de matière grise ne sont pas attribuables à des problèmes de toxicomanie et que les délinquants sans psychopathie associée ont des volumes de matière grise « similaires aux sujets non-délinquants. » Cette réduction concernerait des aires cérébrales « impliquées dans les processus d’empathie, du raisonnement moral » et dans le traitement d’émotions en phase avec la socialisation, comme « le sentiment de culpabilité et de gêne » dont le déficit et les « anomalies profondes contribuent aux comportements antisociaux observés dans la psychopathie. »

Dans ces « sérieuses différences de structure cérébrale » entre sujets violents avec ou sans psychopathie associée, les auteurs voient l’indice que la psychopathie représente vraisemblablement « un phénotype particulier » dont une meilleure connaissance pourrait « faciliter les recherches sur l’étiologie du comportement violent récurrent » (persistent violent behavior).

[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Phr%C3%A9nologie
[2] http://en.wikipedia.org/wiki/Hare_Psychopathy_Checklist
[3] http://en.wikipedia.org/wiki/Brodmann_area_10

Dr Alain Cohen

Références
Gregory S et coll. : The antisocial brain: psychopathy matters ; a structural MRI investigation of antisocial male violent offenders. Arch Gen Psychiatry 2012 ; 69 (9) : 962–972.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir à cet article

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.