Les déficits émotionnels sont présents dès le début de la schizophrénie

La capacité à produire et à reconnaître les émotions joue un rôle essentiel dans les relations sociales et son altération pourrait être à l’origine des difficultés interpersonnelles du sujet schizophrène. Les troubles affectifs sont en effet très fréquents dans la schizophrénie : émoussement des affects, diminution de l’expression des émotions, anhédonie. La plupart des travaux sur ce thème concernent des patients chroniques et présentent des biais liés à l’institutionnalisation, à la durée de la maladie, à la présence de déficits cognitifs et de signes positifs. D’où l’intérêt de ces deux études réalisées au cours d’un premier épisode schizophrénique, dont l’objectif était d’établir si les déficits de reconnaissance et de production des affects, trait central de la schizophrénie, étaient présent dès les premières manifestations de la maladie.

Pour explorer les corrélats neurophysiologiques du traitement émotionnel de la peur et de la joie, une série de photos évocatrices a été proposée à 12 patients présentant un premier épisode de schizophrénie, à 12 jeunes adultes avec des troubles anxieux, ainsi qu’à des témoins. L’enregistrement des potentiels évoqués cognitifs pendant la séance a mis en évidence des différences significatives entre les groupes dans la latence et l’amplitude de certaines composantes (ondes P100, N170 et N250) pour les stimuli faciaux étudiés. De plus, chez les schizophrènes débutants, l’amplitude des signaux était diminuée de façon significativement plus importante face des stimuli positifs que face à des stimuli négatifs. Cette différence n’était pas retrouvée chez les sujets anxieux.

Les auteurs concluent qu’il existe des altérations cognitives spécifiques dans la perception des différents stimuli émotionnels chez les sujets qui présentent un premier épisode schizophrénique, par rapport aux sujets anxieux et aux témoins en bonne santé.
Dans une deuxième étude, la même équipe a inclus 10 sujets avec un QI normal dont le diagnostic de schizophrénie venait d’être posé ainsi que 10 sujets bien portants. Ils ont tous bénéficié d’une IRM fonctionnelle pendant l’observation de stimuli visuels agréables et désagréables. Un des principaux résultats de cette étude a été de montrer que la visualisation d’images repoussantes entraînait une activation de la partie antérieure de l’insula chez les sujets normaux mais pas chez les schizophrènes. Ces résultats rejoignent ceux d’un autre travail réalisé chez des patients schizophrènes chroniques, dont l’IRM a montré une diminution du volume de l’insula antérieure gauche.
 
La défaillance des circuits neuraux intervenant dans l’attribution des émotions est compatible avec le déficit de ressenti des émotions qui caractérise les sujets schizophrènes.

Dr Odile Biechler

Références
Mazza M et coll. : Affect recognition deficits in first episode schizophrenia and in subjects with anxiety disorders : an ERP study.
Casacchia M et coll. : Abnormal emotional responses to pleasant and unpleasant visual stimuli in first episode schizophrenia : F-MRI investigation. 17th European Congress of Psychiatry (Lisbonne) : 24-29 janvier 2009.

Copyright © Len medical

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article