Une pneumonie d’hypersensibilité au bout des (faux) ongles

C’est l’observation d’une jeune femme, âgée de 37 ans, dyspnéique et présentant des épisodes fébriles, clairement liés à son activité professionnelle que décrivent des auteurs du CHU de Grenoble. Chez cette femme, manucure et créatrice d’ongles depuis ses 19 ans, V. Boneterre et coll. mettent en évidence un effet délétère particulier du méthacrylate d’éthyle (EMA), utilisé dans la fabrication et la pose d’ongle : une alvéolite allergique extrinsèque avec infiltrats au scanner et lymphocytose significative au lavage broncho-alvéolaire, qui ont cédé à une corticothérapie de 10 jours. Outre la sensibilisation cutanée et l’asthme professionnel antérieurement observés lors de l’utilisation de ce produit, c’est le premier cas d’alvéolite allergique extrinsèque lié à l’EMA que rapportent ainsi ces auteurs grenoblois au Réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (RNV3P).

Dr Julie Perrot

Référence
Bonneterre V et coll. : Extrinsic allergic alveolitis in a manicurist with ethyl methacrylate : First case report. International congress on tracing new occupational diseases – Academic Medical Center (Amsterdam, The Netherland) : 7-8 avril 2011.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article