Fumer du cannabis, une option de traitement prometteuse dans la maladie de Parkinson

Les études chez le primate et chez l’homme sont conflictuelles sur l’utilisation d’agonistes cannabinoïdes dans la maladie de Parkinson. D’après les résultats d’une étude observationnelle le cannabis pourrait soulager non seulement les symptômes moteurs, mais aussi les symptômes non moteurs de la MP, douleur en particulier, améliorant ainsi la qualité de vie des patients. Cet essai en ouvert porte sur 17 patients parkinsoniens d’âge moyen 64,2 ans (durée de la maladie 7,3 ans) sous cannabis thérapeutique en traitement add-on. L’amélioration des scores moteurs est significative à l'échelle UPDRS III totale 30 mn après avoir fumé du cannabis (p < 0,001). Il en est de même pour les items tremblements, rigidité et bradykinésie (respectivement p = 0,001, p = 0,002, p < 0,001) ; pour les scores de douleur sur l’échelle visuelle analogique (VAS) et l’ intensité de la douleur actuelle (PPI), respectivement de 4,83 ± 3,71 et 2,39 ± 1,75 avant traitement, et de 0,89 ± 1,27 et 0,50 ± 0,7 après.

Dominique Monnier

Références
Lotan I et coll.: Medical marijuana (cannabis) treatment for motor and non-motor symptoms in Parkinson's disease. An open-label observational study.
17th International Congress of Parkinson's Disease and Movement Disorders (Sydney, Australie) : 16 au 20 juin 2013.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article