Le seul centre de recherche dédié au handicap va-t-il bientôt disparaître ?

Paris, le mercredi 4 août 2010 – Publié en mars 2010, le rapport 2009 de l’Observatoire national de la recherche, de la formation et de l’innovation sur le handicap (ONFRIH) déplorait l’absence de « stratégie d’ensemble » concernant la recherche dans ce domaine. Les responsables de l’ONFRIH soulignaient notamment que : « Le handicap apparaît peu au niveau de la programmation thématique de la recherche et il subit la concurrence d’autres enjeux ». Aussi, qu’il s’agisse de la recherche en sciences de l’ingénieur ou des sciences humaines et sociales, l’ONFRIH évoquait la nécessité de considérer le handicap comme « un domaine applicatif de rang majeur, justifiant d’actions visant à lui assurer un développement pérenne » (sic).

Sauvetage in extremis…

Ces recommandations, dûment reprises sur le site du ministère de la Solidarité en une note de synthèse, ne semblent cependant pas être à l’ordre du jour. En effet, depuis plus d’un an, l’unique centre de recherche spécifiquement dédié au handicap en France, le Centre technique national d’études et de recherches sur les handicaps et les inadaptations (CTNERHI) créé en 1975 est menacé de disparition. Déjà l’année dernière, les personnels de cette structure s’étaient mobilisés, après avoir appris la fermeture programmée de leur centre. Leurs manifestations avaient porté ses fruits. Un rapprochement avec l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), prête à reprendre les activités de recherche du centre, fut établi dès l’été 2009. A la fin de l’année, la reprise intégrale du CTNERHI par l’EHESP fut officiellement confirmée par le secrétaire général du Comité interministériel du handicap, tandis que le ministère de la Santé confirmait cette information dans ses réponses aux députés qui l’interrogeaient sur ce point. Le projet de convention entre le CTNERHI et l’EHESP étaient ces dernières semaines encore à l’étude, tant et si bien que dans son rapport l’ONFRIH se montrait satisfait : « Le Ministère vient de confier à l’EHESP la reprise des activités du CTNERHI, qui devra être effective à partir de l’année 2011. L’année 2010 sera consacrée au développement d’un projet d’enseignement et de recherche dans le domaine du handicap. Cette reprise garantit la pérennité et le développement du fonds de documentation constitué jusqu’ici par le CTNERHI », peut-on y lire.

… et de courte durée

Pourtant les espoirs suscités par cette solution semblent aujourd’hui anéantis. Il y a quelques semaines, l’EHESP a en effet indiqué qu’elle ne disposerait sans doute pas en 2011 des fonds nécessaires pour mener à bien ce projet de reprise des activités du CTNERHI. Cette annonce a été accueillie avec une grande déception par les personnels du centre qui viennent de lancer une nouvelle pétition et d’adresser une lettre aux ministères du Travail et de la Santé au sujet de cette annonce. « La crise économique ne doit pas conduire à l’abandon du secteur du handicap. La reprise des activités et du personnel du CTNERHI par l’EHESP est indispensable au secteur du handicap car elle seule semble pouvoir sauver, avant qu’il ne soit trop tard, le capital de connaissance que représente le CTNERHI » écrivent-t-il notamment. Ils sont soutenus dans leur combat par nombre d’associations qui voient dans cette nouvelle attaque la manifestation du désengagement du gouvernement dans le domaine du handicap.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article