Maison de naissance : le débat n’aura pas lieu

Paris, le mardi 26 octobre 2010 – Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2011 doit être examiné à partir de ce soir par les députés. L’attention des professionnels de santé et de l’ensemble des observateurs devrait se concentrer sur les garanties données quant au respect des hausses de tarif (notamment le passage du C à 23 euros pour les généralistes) promises ces derniers mois et sur l’état global des finances de la Sécurité sociale. Concernant le premier cheval de bataille, la disposition qui prévoit que les augmentations d’honoraires pourront s’appliquer trois mois (contre six auparavant) après la signature d’un accord entre l’Assurance maladie et les professionnels de santé devrait se révéler très rassurante. Par ailleurs, si les objectifs du gouvernement concernant la réduction du déficit de la Sécurité sociale se révèlent modestes (il souhaite le cantonner à 21,4 milliards d’euros), le bon respect de l’Objectif national d’assurance maladie (ONDAM) en 2010 lui permet de fonder de bons espoirs d’une bonne tenue des prévisions.

Maternités « bobo »

Mais au-delà de ces sujets phare, un débat ne devrait pas avoir lieu. Le ministre de la Santé avait introduit dans le PLFSS pour 2011 un article prévoyant l’expérimentation des maisons de naissance. Souvent évoquées notamment dans le cadre du plan périnatalité 2005-2007, ces structures censées accueillir les femmes ne présentant aucune complication, sont encore inexistantes en France. Roselyne Bachelot avait pu mesurer la réticence des députés sur cette question lors de son audition le 13 octobre par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Elle avait en effet dû assurer que toutes les précautions seraient prises pour que ces maisons de naissance ne concernent effectivement que les femmes ne présentant aucun risque de complication. Ces précisions n’ont cependant pas convaincu la commission qui la semaine dernière, lors de son examen in extenso du texte, a adopté un amendement qui supprime l’article 40 du PLFSS visant à créer à titre expérimental plusieurs maisons de naissance. Le député UMP Guy Lefrand, porteur de l’amendement, n’a pas caché son hostilité à ces structures remarquant : « ces maternités bobo, paraissent un ovni juridique et une aberration médicale. Elles sont d’une grande inutilité financière. Sur le plan scientifique, le rapport bénéfices-risques semble particulièrement défavorable ».

 

Illustration : chambre d'une "maison de naissance" en Suisse

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article