Huîtres, poissons et…concombres de mer fortement radioactifs au large de Fukushima

Tokyo, le vendredi 27 mai 2011 – Les activités de pêche n’ont pas encore repris au large de Fukushima. Une prudence nécessaire si l’on en juge par les résultats d’analyse communiqués hier par l’association écologiste Greenpeace. Ayant effectué des mesures au-delà des eaux territoriales japonaises, l’organisation a constaté une contamination radioactive importante des poissons et coquillages. Ainsi, des niveaux de césium de 740 becquerels/kg ont été retrouvés dans des huîtres, de 857 becquerels/kg chez des poissons et de 1 285/kg dans des concombres de mer, quand la limite légale au Japon est de 500 becquerels/kilo. Autre information inquiétante aux yeux de Greenpeace, la forte radioactivité des algues qui « informe sur la façon dont la contamination se propage le long des côtes » selon l’expert de Greenpeace, Jan Vande Putte. Autant d’éléments qui conduisent l’association à critiquer fortement la gestion de la crise nucléaire par les autorités japonaises : le déversement de tonnes d’eau radioactive dans la mer est notamment très critiqué. Ces informations sont révélées alors qu’un récent rapport de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN) affirme que de nouvelles évacuations seront nécessaires pour prévenir efficacement le risque radioactif.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article