Changement de menu dans les cantines scolaires : les végétariens sont verts

Paris, le jeudi 27 octobre 2011 – Il y a eu et il y aura décidemment du neuf dans les assiettes des enfants déjeunant à la cantine cette année. Le décret publié le 2 octobre qui a déjà fait grand bruit en raison de la prohibition des aliments frits plus d’une fois par semaine préconise également que tout repas devra comporter un « plat protidique ». Les protéines d’origine animale ne pourront donc plus être exclues des réfectoires scolaires. Le décret se montre d’ailleurs particulièrement précis en indiquant à quelle fréquence les différents types de viande et de poisson doivent être servis. Déjà en vigueur dans les établissements accueillant plus de 80 enfants à déjeuner chaque jour, cette règle s’imposera à tous dès le 1er septembre 2012. Une perspective bien sombre pour ceux qui souhaitent que leurs enfants se passent de viande le plus souvent possible voire systématiquement. Hier, ces végétariens familiaux manifestaient en petit groupe devant la Direction générale de l’alimentation du ministère de la Santé.

En dépit du nombre plutôt restreint de militants, les représentants des associations présentes voulaient croire en leur chance de se faire entendre dans un dossier où elles considèrent l’injustice criante. « Il n’est pas normal que le gouvernement interdise aux mairies de proposer des menus végétariens comme le font Strasbourg et Marseille » s’est ainsi emportées Brigitte Gothière, porte-parole d’une association de protection des animaux L214.

Foi de végétarien

Si les organisations qui défilaient hier ne s’inquiètent que modérément de la faible mobilisation, c’est qu’elles espèrent jouir du soutien de nombreuses mairies. De fait, les municipalités sont elles aussi nombreuses à se montrer plutôt embarrassées, voire courroucées par ce texte. Le décret déplait en effet fortement à ceux qui pour des raisons écologiques (quand ils ne mettent pas en avant des préceptes sanitaires) veulent proscrire la viande des assiettes de leurs enfants mais aussi aux écoles qui doivent faire face aux interdits religieux de certains de leurs élèves et qui trouvaient, grâce aux assiettes végétariennes, une solution de remplacement facile à mettre en œuvre.

Le gouvernement deviendra-t-il chèvre ?

On ne sait pour l’heure quelle sera la réaction du gouvernement face à cette levée de boucliers alors que son texte avait pour premier souci d’instaurer dans les cantines scolaires une alimentation répondant de façon stricte aux recommandations sanitaires. Il n’est pas exclu que par cette directive les pouvoirs publics aient souhaité marquer leur hostilité à l’adoption de régimes végétariens potentiellement dangereux pour de jeunes enfants et plus encore de régimes végétaliens entraînant clairement des risques de carence. En outre, doit-on s’attendre après la protestation des défenseurs des menus sans viande à des récriminations de ceux qui ne jurent que par le lait de chèvre ou de soja face à un texte qui met en avant l’importance des produits laitiers ?

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article