Ordre infirmier : plus personne ne veut y mettre bon ordre, pas même les libérales

Paris, le vendredi 13 janvier 2012 – Pour sauver l’Ordre infirmier de la débâcle dans laquelle il se débat depuis pratiquement sa création, l’idée avait été avancée de le réserver aux seules infirmières libérales ou tout au moins de n’imposer qu’à elles seules l’obligation de s’inscrire au bureau de l’institution et de s’acquitter de la cotisation. Ce projet a fait long feu face à l’ire des intéressés. Cependant, dans les faits, les infirmières libérales sont aujourd’hui les premières (voire les seules) à être vigoureusement sollicitées. La tendance ne devrait que s’accroître avec la fin de non recevoir cette semaine du gouvernement quant à la publication d’un décret qui aurait dû imposer automatiquement l’enregistrement des infirmiers salariés au bureau de l’Ordre. Face au refus des pouvoirs publics de décider dans ce sens, les infirmières libérales ont laissé éclater leur colère. A l’origine depuis déjà quelques mois d’un appel au boycott de la cotisation, pour protester notamment contre les méthodes d’intimidation de l’institution, elles se déclarent aujourd’hui une nouvelle fois « flouées et trahies ». Dans un communiqué paru hier, Convergence infirmière, la Fédération nationale des infirmiers (FNI) et l’Organisation nationale des syndicats d’infirmiers libéraux (ONSIL) appellent ainsi les infirmières à ne pas « se laisser intimer par un Ordre largement contesté, discrédité de toutes parts et vidé de sa substance ».

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article