Voulez vous devenir réserviste ?

Paris, le mardi 6 mars 2012 – Sept infirmiers, six médecins, trois chirurgiens, deux aides-soigants et un pharmacien, membres de la réserve sanitaire constituée par l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS) se sont envolés hier pour Brazzaville. Ils ont pour mission de soutenir la population de la capitale congolaise au lendemain de plusieurs explosions meurtrières survenues dans un dépôt de munition. Les professionnels de santé inscrits au sein de la réserve sanitaire (composée d’un corps d’intervention et d’un corps dit de renfort) sont en effet amenés à apporter leur soutien partout dans le monde. Cette dimension est aujourd’hui mal connue des professionnels de santé, de même que plus généralement le rôle et la constitution de la réserve. C’est pour répondre à cette méconnaissance que l’EPRUS a lancé hier une campagne d’information doublée d’un appel au volontariat. L’objectif est de passer de 3 300 médecins, infirmiers ou pharmaciens réservistes à 10 000 à la fin de l’année. Les besoins sont en effet « diversifiés et nombreux. Nous avons besoin de toutes les spécialités et aussi de la meilleure répartition sur tout le territoire » explique le directeur général de l’institution, Thierry Coudert. Concernant le volet pharmaceutique, on rappellera que l’une des missions de l’EPRUS est « d’acquérir, fabriquer, importer, distribuer et exporter les produits (…) nécessaires à la protection de la population face aux menaces sanitaires graves ». Soulignons par ailleurs que parmi les professionnels de santé pouvant accéder à la réserve sanitaire (les critères étant fixés par décret) figurent tous les internes en médecine, odontologie et pharmacie.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir à cet article

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.