Paquets de cigarettes neutres: un débat très coloré

Paris, le vendredi 3 août 2012. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a récemment annoncé son intention de se « battre, en particulier au niveau européen » pour l'instauration de paquets de cigarettes « neutres ». Cette mesure, préconisée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans une directive de 2008, a été adoptée par un seul pays à ce jour, l’Australie. À partir de décembre 2012, des paquets uniformes d’une couleur vert olivâtre, recouverts d'avertissements de santé et ne portant que la marque et le nom du produit y seront commercialisés. En Europe, les gouvernements britannique, belge et finlandais envisagent également l’introduction de ces paquets standardisés.

Huit raisons pour

En France, le Comité National de Lutte contre le Tabagisme milite activement pour cette mesure. Dans un document intitulé « Emballage des produits du tabac : pourquoi instaurer un Paquet Neutre Standardisé », le CNLT énumère huit raisons de l’instaurer, s'appuyant sur les résultats d’études internationales :

- Il supprime le packaging en tant que support publicitaire (Hastings et al., 2008);
- Il rend le paquet moins attrayant, notamment auprès des jeunes (Goldberg et al., 1995);
- Il améliore la visibilité et l’efficacité des avertissements sanitaires (Beede et Lawson, 1992);
- Il améliore l’information sur la toxicité des ingrédients (Pollay, 1994);
- Il contribue à empêcher une présentation trompeuse des produits du tabac suggérant que certains seraient moins dangereux (Germain et al., 2010);
- Il dissuade les adolescents d’entrer dans le tabagisme (Jamieson, 1993);
- Il incite davantage les fumeurs actuels à réduire leur consommation et à arrêter de fumer (Hoek et al., 2011);
- Il contribue à « dénormaliser » le tabac et sa consommation (Madill-Marshall et al., 1996).

Sur les ondes de RTL, Emmanuelle Béguinot, directrice du CNLT, estime que « c’est une mesure qui est susceptible principalement de dissuader l’entrée dans le tabagisme ». « Quand on interroge les gens, en particulier les jeunes, on voit bien qu’actuellement les paquets sont, en tant que tels, très attractifs. Ce n’est pas un hasard si ces jeunes les collectionnent et les commentent sur des blogs. Souvent ils font penser à des accessoires et on oublie qu’on consomme un produit du tabac. Aujourd’hui encore on a trop une image très glamour du fait de fumer et clairement l’instauration de ces paquets contribuerait sur le long terme à casser cette image » indique-t-elle. Et de rappeler que la population est majoritairement favorable à ce changement puisque dans un sondage réalisé par le CNCT et l'institut LH2 en 2008, 68 % des Français de 18 ans et plus se déclaraient pour le paquet neutre.

Les buralistes vent debout

Du côté des buralistes et des cigarettiers, la grogne est encore montée d’un cran. La mesure est vivement critiquée pour son potentiel effet contre-productif.  « Il n'est pas prouvé que les jeunes commencent à fumer à cause de l'apparence d'un paquet », soutient Denis Fichot, porte-parole en France de Japan Tobacco International. « En revanche, un paquet générique serait très facile à contrefaire et pourrait se retrouver ainsi, à bas prix, en vente dans la rue », s’inquiète-t-il. Pascal Montredon, président de la confédération des buralistes, estime lui aussi que la loi risque de développer les circuits parallèles qui représentent déjà 21 % du marché global. « Trop c’est trop ! On veut la disparition des buralistes ! » s’emporte-t-il. Confrontés à une baisse de leurs ventes de plus de 4 % au second semestre 2012 (- 8% en juillet), à l’augmentation de 6% du prix des cigarettes (soit d’environ 30 centimes par paquet) prévue à l'automne prochain, ils programment une journée de contestation le 6 septembre.

Pourtant le durcissement des conditions de vente des débitants de tabac pourrait encore s’intensifier. Selon le blog Lemondedutabac.com, Bruxelles serait en train d’élaborer une directive sur les rayonnages obligeant les buralistes à limiter les linéaires de cigarettes dans leur commerce, voire même à dissimuler les paquets sous le comptoir.

Amandine Ceccaldi

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Les jeunes sont attirés par les « interdits »

    Le 03 août 2012

    Je ne sais pas quel sera l’impact mais je crains à ce que ça facilite et incite à la fraude en matière de copie et de vente illicite, n’est-ce pas plus dangereux ? A mon avis, il faudrait commencer par interdire la multitude de produits chimiques tels que l’arsenic, l’acétone, les formaldéhydes etc... , certains additifs stimulent la dépendance... Les jeunes sont attirés par les  « interdits » il n’y a rien qui les découragera, il existe peut-être d’autres solutions plus actives sur le terrain.

    Marie-Noël Ingouf

Réagir à cet article