Une boite à outils pour faire avancer le programme « hôpital numérique »

Paris, le mardi 9 octobre 2012 – A de rares exceptions près, les hôpitaux français connaîtraient d’importants retards en ce qui concerne l’informatisation de leurs données. Pour inverser cette tendance, le programme Hôpital numérique a été lancé au printemps 2011. Il s’est fixé plusieurs objectifs concrets à atteindre d’ici cinq ans : la numérisation des résultats d’imagerie, de biologie et d’anatomo-pathologie, l’informatisation du dossier patient, la mise en place d’un système de prescription électronique et la programmation électronique des ressources et des rendez-vous. Cependant, avant que ces différents dispositifs soient implantés dans tous les établissements de France, des « pré requis » indispensables doivent être remplis : la confidentialité des systèmes utilisés doit notamment être assurée, ainsi que sa fiabilité et son efficacité. Pour aider les hôpitaux à satisfaire ces « pré-requis », la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) met depuis quelques semaines à leur disposition une « boîte à outils comprenant un outil d’auto-diagnostic (…) et des fiches pratiques (…) visant à apporter un support méthodologique » annonce un récent communiqué du ministère de la Santé. Parallèlement à ces documents, un guide pratique a été rédigé à l’intention des Agences régionales de santé (ARS) chargés de décliner le programme au niveau local.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir à cet article

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.