A 28 ans les singes n'ont plus la banane !

Edimbourg, le samedi 24 novembre 2012 – Beaucoup a été écrit pour tenter d’élucider les causes de la crise de la quarantaine… tout autant que pour déterminer la réalité de ce phénomène décrit dans la société occidentale chez certains hommes entre l’âge de 35 et 50 ans. Des travaux publiés dans la revue de l’Académie américaine des sciences (Proceedings of the National Academy of Sciences) devraient sans doute relancer les spéculations et renforcer l’hypothèse selon laquelle la crise de la quarantaine pourrait avoir une origine biologique.

Ce n’est pas aux vieux singes que l’on apprendra ce qu’est la crise de la quarantaine !

L’équipe d’Alexander Weiss de l’université d’Edimbourg ne s’est pas penchée sur le marasme qui affecte les hommes (et les femmes) dans la force de l’âge… mais sur le malaise qui pourrait également assombrir les singes au milieu de leur vie. Le comportement de 508 grands singes maintenus en captivité partout dans le monde a ainsi été analysé. Les primates étaient répartis en trois groupes : le premier était constitué de chimpanzés accueillis dans des zoos et des centres de recherche japonais, le second regroupait des animaux vivant en Australie et aux Etats-Unis et le dernier enfin réunissait des singes présents dans d’autres pays. Les soigneurs et gardiens s’occupant de ces animaux ont été invités à évaluer le bien être de leurs protégés. Trois critères ont ainsi dû être renseignés concernant l’humeur de l’animal, le plaisir apparent à vivre en communauté et les efforts réalisés pour atteindre différents objectifs. Résultat : la même courbe en U constatée chez l’homme a été obtenue pour chacun des groupes. En gros, les chimpanzés et orangs-outans paraissent le plus satisfaits et heureux au début et à la fin de leur vie et bien plus sombres au milieu (entre 28 et 35 ans, ce qui correspond à notre quarantaine !).

Les commentaires et critiques devraient être nombreux et Alexander Weiss reconnaît lui-même le caractère anthropomorphique de ses travaux. Il n’en reste pas moins que ces résultats offrent sur la question un éclairage inattendu.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article