Coronavirus, H7N9 : faut-il avoir peur ?

Genève, le mercredi 22 mai 2013 - Hier, le directeur général adjoint de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Keiji Fukuda tenait un discours plutôt pessimiste alors que le monde fait face à l’émergence de deux virus présentant un taux de létalité très élevé : H7N9 et un nouveau coronavirus. Evoquant ces menaces, Keiji Fukuda a ainsi estimé qu’en dépit des progrès réalisés ces dernières années « le monde n’est pas prêt à (faire face) à une épidémie majeure et grave ». De son côté, la directrice de l’OMS, Margaret Chan à propos du virus H7N9 qui selon elle demeure une « énigme, entourée de mystère » a constaté : « Tout virus de la grippe qui affecte les humains a le potentiel de devenir une menace de santé majeure ». Des déclarations solennelles qui n’ont peut-être pas lieu d’être selon le prix Nobel de médecine Peter Doherty. Le biologiste australien n’est pas convaincu de la pertinence des « scénarios catastrophes » et rappelle que l’avancée des technologies devrait nous permettre dans l’avenir de nous en « sortir bien mieux qu’avec la plupart des pandémies survenues par le passé ». « Nous sommes extrêmement bons dans le diagnostic viral, la vitesse de détection et ce genre de choses, bien meilleurs que dans le passé, donc je ne crois pas qu'une pandémie puisse nous décimer », observe-t-il encore.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article