Dossier pharmaceutique à l’hôpital : c'est pour après demain !

Paris, le mercredi 19 juin 2013 – Le raccordement des officines au dossier pharmaceutique (DP), système créé par l’Ordre des pharmaciens, aura été assez rapide eu égard à l’ampleur de l’opération. A l’hôpital, le rythme paraît différent et les étapes semblent se multiplier. Il a ainsi fallu attendre mai 2010 pour que la Commission nationale informatique et liberté (CNIL) donne son feu vert à une expérimentation temporaire et locale de l’utilisation du DP dans les pharmacies hospitalières. Trois ans plus tard, le temps des tests et des évaluations ne paraît toujours pas achevé. Si le principe du raccordement de toutes les pharmacies à usage intérieur (PUI) au DP a été posé par un décret publié en octobre, concernant la consultation de ce dispositif par d’autres praticiens que les pharmaciens, les préalables à une nouvelle (énième !) expérimentation auront eu peine à se mettre en place. Après la publication d’un décret le 9 janvier, il aura en effet encore fallu attendre une instruction de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) concernant la procédure de sélection des établissements de santé participant. Cette phase de choix serait désormais achevée : 55 établissements, situés dans 17 régions participeront à ce test visant à évaluer la faisabilité, l’efficacité et l’utilité d’une consultation du DP par des urgentistes, anesthésistes et gériatres. Au total, 1 400 praticiens devraient contribuer à enrichir cette évaluation, selon un communiqué de l’Ordre des pharmaciens. Grâce à la publication d’un arrêté ministériel, l’expérimentation va enfin pouvoir commencer et s’achèvera le 29 décembre 2014. A l’issue de cette dernière, un rapport sera remis par chaque ARS au ministère de la Santé.

On le voit, il est encore loin le temps où d’un seul clic un praticien hospitalier pourra connaître l’historique des prescriptions d’un patient !

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir à cet article

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.