One million babies sauvés du VIH grâce à de grosses poignées de dollars

Washington, le jeudi 20 juin 2013 – Il y a dix ans, le président des Etats-Unis, George Bush, lançait le President’s Emergency Plan for Aids Relief (PEPFAR). Depuis, ce programme a imposé une dynamique inégalée dans la lutte contre le Sida dans les pays pauvres, les plus touchés par la pandémie. L’efficacité de PEPFAR a en effet été confirmée à de nombreuses occasions ces dernières années. Une étude publiée par l’Université Stanford en avril 2009 avait ainsi estimé que le programme avait contribué à réduire d’environ 10 % la mortalité dans les pays aidés (une quinzaine situés dans leur grande majorité en Afrique) comparativement à ceux où PEPFAR n’existe pas. De fait, grâce aux 6,5 milliards de dollars alloués chaque année à PEPFAR depuis 2009 (contre 1,5 milliards en 2003), quelques 5,1 millions de personnes reçoivent aujourd’hui un traitement antirétroviral sous l’égide de ce programme. 

Empêcher la transmission de la mère à l’enfant : la première des priorités

A l’occasion du dixième anniversaire de PEPFAR, c’est cependant un autre chiffre symbolique qui a retenu l’attention de ses promoteurs : la naissance au mois de juin en Afrique du millionième bébé indemne du VIH en dépit de la séropositivité de sa mère, grâce à l’action menée par les Etats-Unis. « Un million de bébés peuvent grandir heureux et en bonne santé, aller à l’école, réaliser leurs rêves, casser ce cycle et peut-être même avoir des enfants libérés du poids et de la peur du VIH » s’est félicité le secrétaire d’Etat américain John Kerry à l’occasion des cérémonies organisées mardi pour le dixième anniversaire du plan. « Empêcher la transmission de la mère à l’enfant a été la pièce maîtresse de notre combat contre la maladie » a-t-il encore déclaré.

Parcours héroïques

Ces succès incitent plus que jamais les Etats-Unis à poursuivre leur action. Ils se sont ainsi donné pour objectif de réduire à 30 000 par an le nombre d’enfants infectés par le VIH à la naissance, contre 430 000 aujourd’hui à travers le monde. Le dixième anniversaire a également été l’occasion de lancer une opération de sensibilisation aux Etats-Unis qui repose sur la présentation des parcours « héroïques » de ceux qui participent à PEPFAR. On le voit, il est bien loin le temps où ce programme cristallisait les critiques de ceux qui lui reprochaient de faire la promotion de l’abstinence ou encore de créer une compétition excessive avec les autres filières d’aide.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article