Pas d’augmentation significative du nombre d’IVG à la fin de 2012

Paris, le lundi 24 juin 2013 - S’il est trop tôt pour affirmer que la France n’aura pas à essuyer de « pill scare » après la controverse autour des dangers des pilules de troisième et de quatrième génération, les premiers chiffres sont rassurants. Ainsi, selon le service statistique des ministères sociaux (DRESS), il n’y a pas eu, selon « des données provisoires » d’augmentation du nombre d’IVG au cours des derniers mois de 2012. D’une manière générale, après une hausse entre 1996 et 2006, le nombre d’IVG reste stable en France. Le taux est de 15,1/1 000 femmes âgées de 15 à 49 ans ; la tranche d’âge la plus concernée étant les femmes de 20 à 24 ans. Ce bilan de la DREES rappelle encore une fois que dans la majorité des cas (deux femmes sur trois), l’IVG est pratiquée chez une femme utilisant une méthode contraceptive. Enfin, derniers enseignements de cette enquête : les IVG médicamenteuses sont de plus en plus nombreuses (elles représentent aujourd’hui 55 % des avortements) et la part du service public ne cesse de progresser (atteignant désormais 80 %).

On attend les données concernant le premier trimestre qui devraient être plus riches d'enseignement.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article